Architecture en région : les maisons paysannes de Corrèze

Nous clôturons notre saga sur l'architecture en région avec l'habitat traditionnel de Corrèze.
Architecture correzienne
Verdoyante, vallonnée, riche d'Histoire, la Corrèze réserve bien des surprises. Parmi lesquelles nous comptons un bijou créé par les architectes : la maison paysanne rustique et si typique de ce joli pays du Sud-Ouest.  


La maison paysanne corrézienne : le bloc-à-terre

Maison paysanne la plus représentative de la Corrèze jusqu'au tout début du 20ème siècle, la maison bloc-à-terre était occupée par des cultivateurs, des tisserands, des éleveurs.

Car cet habitat rustique était à l'époque aussi fonctionnel que protecteur. Protecteur contre le froid et les intempéries et fonctionnel car ses habitants, travaillant la terre et élevant le bétail, accueillaient sous le même toit - mais dans des espaces distincts -  famille et cheptel.

La maison bloc-à-terre se caractérise par son aspect simple, humble, robuste. Bâtie essentiellement en pierre, la gneiss, consolidée à l'aide de mortier d'argile, son intérieur était entièrement chaulé afin de le préserver du pourrissement.

Le bois est l'autre élément majeur : du châtaignier la plupart du temps utilisé pour les poutres, le plancher et les encadrements des portes et fenêtres. D'une superficie moyenne avoisinant les 200m², bon nombre de ses maisons présentaient des espaces granges-étables plus grands que la partie habitation.

Il n'était par rare, par ailleurs, d'y trouver tout près four à pain ou porcherie, deux témoins d'une époque où le travail de la terre et l'élevage des bêtes constituaient les principales voire uniques ressources d'une France essentiellement rurale.

Chaume et tuiles, les deux chapeaux

C'est bien le chaume qui donne cette allure si reconnaissable à la maison paysanne de Corrèze. Du chaume provenant de tiges de seigle séché qui étaient par la suite taillées, regroupées en bottes et finalement attachées à la charpente pour constituer la couverture.

Mais la vulnérabilité du chaume face au risque d'incendie a conduit les habitants à le remplacer progressivement par des tuiles. Des tuiles 'canal' ou tuiles 'creuses' qui étaient fabriquées en argile puis façonnées avant d'être cuites dans un four semi-enterré à plus de 1 000°C. Peu à peu, l'ardoise remplacera les tuiles dans la couverture.

Découvrez nos réalisations en Corrèze :
Rénovation d'une ferme à Brive
Témoignage : travaux de peinture en Corrèze
Témoignage : réhabilitation d'une grange en Corrèze

 

Envie de voir d'autres conseils ?

Comment choisir entre un architecte ou un maître d’œuvre ?

Métier

Architecte prix : quel est le juste tarif ?

Métier

Profitez des Atouts Camif Habitat

Prix / délais / qualité
garantis par contrat
*Assurance Dommages-Ouvrage
Prise en charge
de votre projet de A à Z
Accompagnement personnalisé
de notre maître d'oeuvre

Contactez notre professionnel local

Réponse sous 48h
* Tous les champs
sont obligatoires