Brûlure ou légionelles ? Les risques liés aux réseaux d’eau chaude sanitaire

Qu'il soit solaire, électrique ou fonctionnant avec la chaudière, votre dispositif d'eau chaude sanitaire (ECS) doit être réglé pour vous prémunir à la fois des brûlures et de la prolifération bactérienne.
Brulures ou legionelles

La gestion de l'eau d'un logement est très importante. Qu'il soit solaire, électrique ou fonctionnant avec la chaudière, votre dispositif d'eau chaude sanitaire (ECS) doit être réglé pour vous prémunir à la fois des brûlures et de la prolifération bactérienne.

Les brûlures par eau chaude : un accident de la vie domestique trop courant

Les brûlures par l’eau chaude sanitaire font parties des accidents de la vie domestique les plus fréquents. En fonction de la température de l’eau et de la durée du contact, ces accidents peuvent être plus ou moins graves. Ce sont les enfants qui en sont les premières victimes, notamment ceux âgés de moins de 5 ans. En effet, leur moindre sensibilité et surtout leur temps de réflexe très long les exposent particulièrement. Or, il suffit de 3 secondes (7 pour un adulte) pour causer à un enfant une brûlure du 3ème degré avec de l'eau à 60°C.

La température, une affaire de norme et de réglage

Les accidents par brûlure sont souvent la conséquence d’installations inadaptées qui ne permettent pas de réglages précis de la température. De plus, les appareils de production électrique de l’eau sanitaire disposent de réglages (Aquastat) souvent difficiles d’accès pour l’usager et dont les repères sont des graduations et non des degrés – ce qui serait sans doute trop simple. Pire encore, les appareils à production d’eau sanitaire instantanés (chauffe-eau gaz) génèrent des pointes de température par contact de l’eau dans l’échangeur lors des micros coupures. Pourtant, l'arrêté du 13 novembre 2005 précise bien que la température de sortie de l'eau ne doit pas excéder 50° C dans la salle de bains et 60°C aux points de puisage des autres pièces (cuisine par exemple).

Rien ne vaut le thermostatique

Pour s'assurer de respecter la norme en vigueur et ainsi de réduire considérablement les risques de brûlure, il est plus que judicieux d’installer des équipements tels que vannes thermostatiques à la sortie des chauffe-eau et des robinets thermostatiques dans les pièces destinées à la toilette. Gage de sécurité en plus, les robinets thermostatiques bénéficiant de la marque NF Robinetterie sont contrôlés sur la fidélité du réglage en fonction du débit et de la pression et sont équipés d’un dispositif de sécurité en cas de coupure de l’arrivée d’eau froide et d’un dispositif de limitation absolue de la température à 50° C.

La légionellose en embuscade

L'arrêté du 13 novembre 2005 précise également les mesures à prendre pour se prémunir des légionelles, ces bactéries qui prolifèrent dans l'eau entre 25°C et 45°C (potentiellement dangereuses, les légionelles contaminent principalement par l'effet aérosol des douches). Ainsi, pendant les 24 heures précédant l’utilisation des réseaux d’eau chaude sanitaire :

  • Une température de 50°C doit être maintenue sur les canalisations situées entre le point de distribution et le point de puisage dés lors qu’elles contiennent plus de 3 litres (Une canalisation de 18 mm de diamètre contient sur 15m de long 3l d’eau)
  • Une température minimum de 55°C doit être maintenue dans les ballons de stockage d’un volume supérieur ou égal à 400l ou être ponctuellement portée (une fois par 24h) à une température suffisante de destruction des légionelles (2mn à 70°C, 4mn à 65°C ou 1h à 60°C)

Du même coup, les installations d'eau chaude sanitaire doivent prévoir un réseau de distribution le plus court possible afin que le volume d'eau « dormante » n'excède jamais 3l. Ce type d’installation permet une circulation permanente de l’eau et le maintien d’une température homogène. Naturellement, le réseau de distribution doit posséder des linéaires bien dimensionnés et ne comporter aucun bras mort.

Bon à savoir

  • L’ensemble des dispositions réglementaires ci-dessus s’appliquent à toutes nouvelles installations sanitaires qu'il s'agisse de neuf ou de rénovation depuis le 15 décembre 2006.
  • Après une longue période d’absence il convient de laisser couler l’eau avant utilisation.
Tout savoir sur la rénovation

Tout savoir sur la rénovation

Téléchargez la brochure

Envie de voir d'autres conseils ?

Chauffe-eau ou un chauffe-bain : que privilégier ?

Rénovation

Pourquoi récupérer l'eau de pluie ?

Rénovation

Profitez des Atouts Camif Habitat

Prix / délais / qualité
garantis par contrat
*Assurance Dommages-Ouvrage
Prise en charge
de votre projet de A à Z
Accompagnement personnalisé
de notre maître d'oeuvre

Nos avis clients sur la rénovation

REFECTION TOITURE - VILLENAVE D ORNON (33)

Je suis satisfaite de l'accompagnement , du début à la fin du projet , par le représentant de Camif Habitat et par le maître d'oeuvre .J'ai apprécié leur réactivité à nos mails et leur efficacité .

AMENAGEMENT PIECES - LYON 3 (69)

Ce que je trouve vraiment très bien, c'est la prise en charge globale des travaux, une fois que l'étude a été réalisée et le devis effectué. Clefs en mains ! Système qui peut être particulièrement utile si vous habitez loin de l'endroit où les travaux doivent être effectués.

Contactez notre professionnel local

Réponse sous 48h
* Tous les champs
sont obligatoires