Comment mettre aux normes son installation électrique ?

Comment mettre aux normes son installation électrique ?

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux


    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    En 2018, 68% des logements en France n’étaient toujours pas conformes aux normes électriques en vigueur. Or, l’application de la norme relève de l’obligation légale. La rénovation électrique de votre installation est essentielle à votre sécurité. Quelles sont les étapes indispensables d’une remise aux normes de votre installation électrique ?

    Quelle est la norme pour les installations électriques en France ? 

    Pour la mise aux normes électriques, commencez par le diagnostic électrique.Chac 

    Il est aujourd’hui obligatoire pour les logements construits il y a plus de quinze ans. En effet, les normes 2014 pour les installations électriques (en particulier la norme NF C 15-100) sont très précises, et nombre de logements anciens n’y répondent plus.

    La réalisation d’un diagnostic se fait obligatoirement par un professionnel, et doit répondre à la norme XP C 16-100. Cette intervention particulière ne cause aucun dérangement dans un foyer : vous n’aurez, ni à déménager les meubles, ni à entreprendre des travaux pour révéler votre installation électrique. L’électricien professionnel se charge de tout : vous n’avez aucune excuse !

    Trouver votre interlocuteur local/implantation-locale/Je me lance !

    Trouver votre interlocuteur local

    Quelles normes pour les tableaux électriques et en particulier pour le disjoncteur ?

    C’est l’un des domaines qui a le plus changé ces dernières années. En particulier, il faut pouvoir opérer une coupure d’urgence grâce à un disjoncteur général. Par ailleurs, toutes les masses métalliques d’un bâtiment doivent être reliées à la terre.

    Parmi les éléments les plus connus, il y a la réglementation sur les prises électriques. La norme NF C 15-100 conseille  la quantité de prises à installer en fonction de la section de câble utilisée. La protection est, elle aussi, dépendante de la section de câble. Il est recommandé de ne pas dépasser 8 prises électriques sur du fil en 1,5 mm², alors qu’il ne faut pas dépasser 12 prises électriques sur du fil en 2,5 mm². Il est donc important de prévoir le plus tôt possible la taille future d’une habitation pour prévoir la section de câble et le nombre de prises électriques qui pourra être posée.

    Dans les habitations contemporaines, deux éléments assurent la sécurité électrique : le tableau électrique et la Gaine Technique Logement (GTL). Sachez que la Gaine Technique Logement est le point d’arrivée de l’ensemble des câbles électriques, de la rue à votre appartement. Les normes concernent !

    • l’emplacement et les dimensions de la GTL et de l’espace dans lequel il s’inscrit (appelé ETEL). Elle doit ainsi se situer ainsi un nombre déterminé de cm du sol.
    • les possibilités d’installation de la GTL par rapport au sol et au plafond de la pièce

    le nombre et l’emplacement de certains équipements électriques du tableau (les manettes de disjoncteurs, par exemple). 

    Cette Gaine Technique Logement comporte elle-même trois éléments :

    1. La platine disjoncteur d’abonné : pour couper ou remettre le courant dans la maison,
    2. Le tableau électrique : qui comporte plusieurs rangées d’interrupteurs différentiels et de disjoncteurs. Chacun doit être idéalement individualisé et identifié. De nos jours, il n’est plus besoin de changer les fusibles, car ces accessoires sont interdits. Il suffit de baisser la consommation et de remonter le disjoncteur.
    3. Le coffret de communication ou tableau de communication.  Cet élément moderne, aussi appelé coffret multimédia, regroupe les arrivées des services de communication (téléphone, internet, télévision). Il est possible d’y installer la box internet pour piloter différents services (des ampoules connectées par exemple).

    Compteur électrique : quelle réglementation ? Quelles sont les nouvelles normes électriques ?

    Contrairement à certaines apparences, le compteur électrique n’est pas un synonyme du tableau électrique. C’est l’élément qui est situé au plus près de la rue et de l’alimentation électrique urbaine, désormais connu sous sa marque « Linky », qui personnifie un compteur connecté, qui transmet la consommation électrique du foyer au fournisseur d’électricité. Les normes électriques ne s’appliquent donc pas à cet élément, mais il faut savoir qu’il faut harmoniser la puissance du compteur électrique et de la consommation électrique maximale de l’habitation pour éviter les coupures de courant. 

    Parlons de votre projet/demande-devis/Je prends RDV !

    Parlons de votre projet

    Quelles normes pour les prises électriques ?

    La norme électrique NF C 15-100(1) recommande qu’un nombre minimum de prises électriques soit installé dans une habitation d’un particulier, avec des recommandations pièce par pièce. Objectif : augmenter la sécurité et le bon fonctionnement de l’installation, ainsi que le confort d’utilisation des appareils électriques. Découvrez les quantités minimums de prises électriques à installer par pièce et les quantités maximums par circuits électriques.

    Quelles prises dans la cuisine ?

    Les prises de courant de la cuisine sont alimentées par un circuit électrique dédié, hors prises de courant commandées ou spécialisées : four indépendant électrique, lave-vaisselle, plaques de cuisson, hotte… La norme NF C 15-100 recommande d’avoir un nombre minimum de prises électriques selon la surface de votre cuisine. Si elle fait moins de 4 m², il est recommandé de poser au minimum 3 prises électriques. Si votre cuisine fait plus de 4 m², alors 6 prises électriques minimums sont recommandées, dont 4 minimums au-dessus du plan de travail. Il existe des normes précises pour toutes les pièces d’eau.

    Combien de prises dans un appartement ?

    Télévision, internet, recharges pour tous les supports numériques : dans un appartement, il est conseillé d’avoir au moins 5 prises dans le séjour. C’est un peu moins pour les chambres, où trois prises suffisent. Dans toute autre pièce de la maison, toilettes exceptées, une seule prise suffit… encore que de plus en plus de personnes utilisent leur téléphone portable partout !

    La société Legrand possède-t-elle ses propres normes électriques ?

    L’un des grands fournisseurs français de matériel électrique s’appelle Legrand, dont le siège est à Limoges. C’est une marque qui se trouve facilement dans le commerce, mais c’est l’État français qui détermine, de manière indépendante, les normes des circuits électriques.

    Quelles normes électriques pour louer un appartement ?

    S’il est possible de ne pas être aux normes quand on est propriétaire d’un logement, la vente ou la location d’un appartement est le moment crucial où il faut rénover l’installation électrique. Une rénovation électrique d’un appartement est donc le bon moment pour moderniser cet aspect du confort.

    Les normes concernent avant tout le tableau électrique et le compteur électrique, avec des interrupteurs différentiels et une mise en sécurité des prises de courant dans les pièces d’eau, plus particulièrement dans la salle de bains.

    Partant pour nous rencontrer ?/demande-devis/Je veux une visite !

    Partant pour nous rencontrer ?

    Quelles normes électriques pour un ERP (établissement recevant du public) ?

    Recevoir du public, par exemple dans un château pour un mariage, peut sembler si différent des normes électriques pour un particulier. Les principales normes sont :

    • la norme NF C 15-100 Installations électriques à basse tension ;
    • la norme NF C 14-100 Installations de branchement à basse tension.

    Il faut surtout connaître les normes sur les tissus (chaises rembourrées, nappes, rideaux) et les sorties de secours. 

    C’est un vaste domaine où les normes sont aussi nombreuses que le public reçu. Il faudra subir une inspection des services des pompiers, qui précisent les nécessités.

    Mise aux normes électriques NF C 15-100  : quels travaux de rénovation effectuer ?

    Si le diagnostic révèle la non-conformité de tout ou partie de votre installation électrique, des travaux de rénovation s’imposent.
    Si votre budget est pour l’instant réduit et que vous souhaitez vous accorder un peu de temps, il existe une solution temporaire qui vous permettra d’augmenter le niveau de sécurité de votre installation : il s’agit de l’installation, par un professionnel, d’un interrupteur différentiel de haute sensibilité (30 mA). Attention, cette opération ne remplace pas les travaux de rénovation et ne vous protège pas des risques d’incendie domestique.
    Il vous faudra donc, et le plus vite sera le mieux, organiser des travaux de rénovation pour mettre aux normes votre installation électrique. La meilleure solution reste de faire appel à un professionnel qualifié, bien au fait des normes en vigueur. Quant aux travaux de rénovation, ils dépendront évidemment du diagnostic préalable.

    À noter : dans certains départements, la pose d’un parafoudre est désormais obligatoire pour se protéger des orages bien sûr, mais également pour obtenir un certificat de conformité, pour les logements anciens comme pour les logements neufs.

    Combien coûte une remise aux normes électriques ?

    Le prix d’une remise aux normes électrique de bâtiments existants dépend bien sûr de l’emplacement des travaux et de l’état de la maison ou de l’appartement. Il existe encore des appartements de centre-ville ou les fils électriques sont en tissu. On peut cependant donner quelques coûts indicatifs. Le prix d’une réhabilitation totale du réseau électrique varie de 90 € à 110 € HT au mètre carré. Ainsi, la rénovation électrique d’un appartement de 60 mètres carrés peut être estimée entre 5 400 euros et 6 000 euros ; et celle d’une maison de 120 mètres carrés entre 10 800 € et 13 200 euros. L’électricien vous remettra bien sûr une attestation de conformité à l’issue des travaux, car c’est lui qui engage sa responsabilité dans le cadre d’une rénovation. Cette attestation doit être visée par Consuel, le comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité.