Priorité à la rénovation énergétique

    Dites nous tout !

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux

    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    L’une des priorités données par l’Etat lors de la conférence environnementales des 14 et 15 septembre dernier concerne la rénovation énergétique des logements. Le Premier ministre a recemment confirmé cette priorité absolue en évoquant une « amélioration des dispositifs d’aides qui existent déjà pour la rénovation des logements privés ». Des propositions ont été faites dans ce sens :
    • le développement de structures de type « tiers-investisseurs », qui prendrait en charge une partie ou la totalité des travaux de rénovation et se rémunérerait en contrepartie sur les futures économies d’énergie
    • la réforme prioritaire de l’éco-prêt à taux zéro avec trois ambitions : allonger les durées d’amortissement, accroître la qualité, rendre le produit séparable ;
    • la remise à plat du système des CEE, Certificats d’économie d’énergie à des fins d’efficacité ;
    • la remise à flot de la procédure de « vente d’immeubles à rénover » (VIR), notamment trop compliquée et trop risquée aux yeux des garants ;
    • le rétablissement du PTZ+ pour les opérations dans l’existant avec travaux conduisant au niveau « BBC rénovation ».
     
    Ces mesures seront concrétisées dans un projet de loi de programmation sur la transition énergétique qui devrait être présenté mi-2013.

    Un tremplin pour les énergies renouvelables ?

    Le Syndicat des énergies renouvelables par la voix de son Président Jean-Louis Bal s’est dit plutôt satisfait des annonces faites et s’est félicité de l’objectif "très ambitieux" concernant la rénovation énergétique des logements qui devrait sans aucun doute doper les énergies renouvelables : « La performance énergétique portera par an à un million de logements rénovés à haute performance énergétique, tant dans l’existant (600 000 par an) que dans le neuf. »

    Une manne pour l’emploi ?

    La cerise sur le gâteau c’est que cet ambitieux programme de rénovation énergétique pourrait avoir des conséquences très positives sur l’emploi car les besoins en compétences et main d’œuvre spécifiques vont inévitablement s’accroitrent. Quand le bâtiment va …