Lutter, contrer la mérule, véritable fléau de vos maisons

Lutter, contrer la mérule, véritable fléau de vos maisons

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux


    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    La mérule, également appelée « Lèpre des maisons » est une forme de champignon qui a tendance à se développer dans des locaux humides, non ventilés ainsi que dans des résidences secondaires longuement inoccupées. Une fois installée, elle menace non seulement la construction, mais aussi la santé des habitants. Très répandue dans le grand ouest et le nord de la France, la mérule s’attaque aux bois de décorations, aux cartons et aux livres. Pour éviter sa propagation et bien entretenir ses boiseries, certaines précautions sont nécessaires. Tour d’horizon de ce fléau qui ne cesse de se développer.

    Comment savoir si c’est de la mérule ?

    La ou le mérule : définition

    La mérule (qui peut aussi se nommer le mérule) est un champignon lignivore, ce qui signifie qu’il se nourrit de bois, et plus particulièrement de la cellulose dans le bois, qu’il digère. Sous le terme « mérule » se cachent en réalité plusieurs espèces de champignons dont les caractéristiques sont similaires au plus connu d’entre eux, la « mérule pleureuse » ou serpula lacrymans. Elle se présente sous deux formes : une partie centrale, de couleur orangée ou brune, qui produit de grandes quantités de spores, son moyen de reproduction, et de longs filaments, son moyen de locomotion. Ces filaments peuvent dépasser 80 mètres !

    Très rare dans la nature, elle s’attaque principalement au bois dans les habitations (charpentes, escaliers, plinthes, poutres et autres éléments dans les caves), quelle que soit l’essence du bois utilisé. Les variétés de feuillus ou de conifères tombent sous ses assauts, et seules quelques essences exotiques résistent à la voracité du carpophore, nom qui désigne la partie aérienne du champignon, qui produit les spores. Ces parasites du bois pourrissent les éléments et les décomposent sous forme de petits cubes. 

    La mérule s’attaque cependant également aux plâtres, et en particulier au placoplâtre, s’il est installé dans un lieu humide. Formée par le carpophore et de longs filaments, elle peut traverser la maçonnerie en brique, et passe ainsi d’une cave à une autre.

    Trouver votre interlocuteur local/implantation-locale/Je me lance !

    Trouver votre interlocuteur local

    Le « cousin de la mérule : le coniophore des caves

    Également lignivore, ce champignon aime la grande humidité et en particulier la Bretagne. Il n’attaque pas l’extérieur du bois, mais le dévore avec les mêmes succès que la mérule. Ses spores sont déversées individuellement, et la couleur du champignon d’un brun foncé. Son odeur, bien plus légère, le distingue aussi. 

    Comment arrive la mérule dans une maison ?

    Une maison saine est toujours bien aérée et idéalement chauffée pendant les mois pluvieux. Les conditions propices à l’installation de la mérule sont nombreuses :

    ⦁ La maison est ancienne, humide et mal ventilée. Si elle est inhabitée, le terrain est d’autant plus favorable pour que le champignon prenne la place des habitants. 
    ⦁ Les bois sont adossés ou encastrés, ce qui rend la ventilation plus hasardeuse.
    ⦁ Même souci lorsque l’eau s’infiltre  grâce à une gouttière abîmée, une maçonnerie détériorée ou une fissure. Attention aux tuiles non étanches qui gouttent sur la charpente !
    ⦁ Un mur  non étanché ou non exposé au soleil et recouvert de végétation.
    ⦁ Les bois posés ou encastrés dans les caves avec une mauvaise aération, surtout si le sol est en terre.
    ⦁ Une fuite d’eau ou des remontées humides capillaires créent un climat humide
    ⦁ Un mur froid se cache derrière un meuble, un lambris ou des boiseries.
    ⦁ La proximité de fenêtres en mauvais état, qui ont pu être modifiées, voire déplacées, sans que la ventilation n’ait été adaptée.
    ⦁ Un local peu ou pas chauffé avec une humidité persistante.

    Le risque est accru dans les régions à la pluviométrie importante et au climat tempéré.

    NB : Si la pluie a fait naître la mérule sur le bois de chauffage stocké près de la maison, il est important de ne pas l’utiliser. Idéalement, il faut le faire brûler à l’extérieur. Il en va de même s’il s’agit de bois de construction stocké à proximité de l’habitation ancienne.

    Comment la diagnostiquer ? Comment reconnaître la mérule ?

    Ce  champignon, qui se répand à la fois dans les structures en bois et dans les maçonneries, a besoin d’humidité pour survivre. Cette infestation est souvent due à la sur-isolation de l’habitat qui tend à retenir l’humidité à l’intérieur du logement. Également appelée mérule pleureuse, la mérule apparaît sous forme d’une couleur brunâtre accompagnée de filaments blancs qui exhalent une forte odeur de champignon.

    Dans un premier temps, le bois change d’aspect et prend une couleur foncée et un aspect calciné. Si vous remarquez des fissures géométriques et rectilignes sur le bois de vos escaliers ou vos poutres, il se peut que des mérules aient infecté votre habitat. Dans un deuxième temps, il vous faut faire appel à un expert pour la localiser. En effet, plus vite elle sera localisée, plus vite, vous en serez débarrassé ! Et il est plus prudent de confier ce travail à un professionnel qui évaluera les causes de cette apparition, les risques qu’elle peut entraîner, l’étendue de la propagation ainsi que les différents travaux à effectuer.

    Parlons de votre projet/demande-devis/Je prends RDV !

    Parlons de votre projet

    Reconnaître une mérule pleureuse : les premiers signes

    Les effets les plus communs de la mérule sur une poutre

    En général, la mérule déforme et fait apparaître des fissurations sur les éléments en bois. Ayant seulement besoin d’humidité, dès qu’elle n’en trouve pas, elle va en chercher dans les moindres recoins de la maison comme les maçonneries. De plus, le bois devient plus fragile, cassant et sec. En réalité, la mérule modifie les propriétés chimiques du bois et ce dernier devient donc un danger pour la structure entière. La mérule est par ailleurs nocive au niveau de la santé. Effectivement, elle provoque des maladies respiratoires et des allergies.

    Les précautions à prendre pour éviter la propagation

    Afin de garantir la bonne résistance de vos structures en bois et ainsi éviter l’apparition de la mérule dans votre habitation, quelques habitudes sont à adopter :

    • Stockage du bois : Il est primordial de ne pas stocker du bois en milieu humide (cave, grenier)
    • Entretien de l’aération : Il est conseillé d’aérer régulièrement vos pièces de vie, en particulier les vasistas des caves.
    • Rénovation : Si vous entreprenez des travaux de rénovation de maison, ne mouillez pas le bois ! Cela ne fera que dégrader vos structures.
    • Isolation : Privilégiez une isolation qui ne rejette pas d’humidité sur la charpente.

    PS : Dans certaines régions de France (notamment en Bretagne), l’attaque de mérule est à signaler en mairie ou en préfecture. Un arrêté préfectoral a pu être publié à ce sujet.

    Par quels traitements est-il possible de se débarrasser de la mérule ?

    En théorie, la mérule va disparaître si l’habitation est bien aérée et bien chauffée, en portant le chauffage à environ 30°C pendant une certaine période. Il est cependant conseillé, pour vraiment éradiquer ce champignon, de faire appel à une entreprise spécialisée employant un professionnel expert en champignons.

    Le technicien va d’abord identifier les zones infectées, visibles ou non, qu’il s’agisse de boiseries ou ne servant que d’espaces de passage. Il va ensuite retirer tous les éléments malades, même s’il s’agit de poutres indispensables. Il va gratter la maçonnerie et les joints infectés, et s’appliquer à brûler tous les éléments malades. Les surfaces touchées seront traitées à la flamme. Il existe ensuite deux traitements pour les éléments qui ne peuvent être supprimés :

    • L’application d’un fongicide, qui sera injecté dans les bois et les maçonneries. Cette injection peut être complétée par une pulvérisation sur les surfaces, pour les protéger d’éventuelles nouvelles attaques.
    • L’utilisation d‘air chaud, diffusé à une température de 50°C pendant au moins une journée. L’habitation aura été au préalable étanchéifiée pour garder la chaleur. 

    Ces deux remèdes peuvent être conjugués pour à la fois éliminer ce cancer du bâtiment et assurer la longévité de la construction. 

    Partant pour nous rencontrer ?/demande-devis/Je veux une visite !

    Partant pour nous rencontrer ?

    Traitement de la mérule du bois : quels prix ?

    La découverte de la présence de la mérule dans l’habitation est vraiment une mauvaise nouvelle, car les traitements sont généralement onéreux. Quelques exemples :

    • Traitement d’une seule poutre : de 3 000 à 5 000 euros
    • Traitement de la charpente : de 5 000 à 70 000 € 
    • Traitement d’une pièce ou d’une cave : de 5 000 à 12 000 €
    • Plus généralement, le coût du traitement au mètre carré se situe entre 80 € et 200 €

    Avant de se lancer, il y a toujours la possibilité de faire faire un simple diagnostic des éléments en bois en danger, qui sera facturé entre 200 € et 400 €, et qui permet de constater l’étendue des dégâts.

    Mon assurance habitation couvre-t-elle les dégâts occasionnés par la mérule ?

    Habituellement, les frais de traitement des dégâts causés par le champignon sont à la charge du propriétaire. Les assurances peuvent cependant prendre ces dégâts en charge s’ils résultent des effets des catastrophes naturelles, comme les inondations. Le prix du traitement reste cependant toujours à la charge de l’habitant.

    Comment savoir si la mérule est morte ?

    Si la mérule est morte, les taches noires ou grises sur le bois devraient disparaître progressivement et laisser place à un bois sain et intact. Les surfaces affectées devraient également retrouver leur coloration initiale et ne présenter aucune trace de champignons ou de moisissures. Elle peut cependant revenir si les conditions hygrométriques lui sont favorables.