Le travail au noir en pleine lumière !

Le travail au noir en pleine lumière !

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux


    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    Envie de refaire votre salle de bain, de remplacer vos fenêtres ou encore d’agrandir votre maison… ? Pour ce genre de travaux, il est vivement recommandé de trouver un professionnel qui prendra en charge la réalisation du projet. Évidemment, cela a un prix et la tentation est grande parfois de se laisser aller à quelques économies en confiant les travaux de rénovation de maison à un non professionnel. Quels sont les risques ?

    Travaux de rénovation : les risques du travail au noir

    L’économie potentielle ne doit pas vous faire perdre de vue les conséquences regrettables que cela pourrait engendrer :

    • vous ne bénéficiez d’aucune protection ou garantie pour les travaux : la personne n’étant pas forcément un professionnel qualifié, elle peut réaliser un travail mal fait. Vous n’aurez alors aucun recours.
    •  si un accident survient lors des travaux, c’est votre responsabilité qui est engagée. Vis-à-vis des victimes mais aussi vis-à-vis du travailleur au noir lui-même s’il est victime de l’accident.
    • si le travailleur illégal se fait prendre sur votre chantier, vous serez dans l’obligation de payer les taxes, les impôts, les salaires et les cotisations dus, ainsi que les majorations et pénalités.
    • impossible également de prétendre aux déductions d’impôts sur les travaux réalisés,
    • de même, ne pas avoir de facture ni de certificat de conformité vous empêche tout remboursement d’assurance en cas de sinistre lié aux travaux réalisés.

    Le travail au noir en France

    Une étude récente indique que sur deux millions d’entreprises installées en France, plus de 7 % se livrerait au travail illégal. Une statistique qui risque de ne pas faciliter la tâche de la Commission de lutte contre le travail illégal.

    Pour autant, le 27 novembre 2012, le gouvernement a rendu public un plan pour les deux ans à venir précisant les orientations prioritaires pour combattre ce qu’il définit comme une « délinquance économique ».