Quel bardage choisir

Découvrez dans notre dossier comment choisir entre les différents matériaux et bardages.
bardage-bois

Dans le cadre d'une rénovation d'un bâtiment ancien, de la surélévation ou de l'extension d'une maison, le bardage extérieur est conçu pour apporter une seconde peau isolante et protectrice à la maison. Pour une rénovation de façade souvent imaginée en bois, le bardage peut aussi être réalisé en bien d'autres matériaux comme notamment l'acier, le PVC, la pierre, la terre cuite, etc.

Choisir son bardage : quels sont les critères ?

Pour choisir votre bardage, quatre principaux critères sont à prendre en compte :

  • La performance : Le bardage protège la maison des intempéries et offre une seconde peau isolante aux murs. La performance thermique diffère selon les matériaux utilisés pour les revêtements extérieurs, mais aussi les isolants associés et le soin apporté à la mise en œuvre.
  • L'esthétique : Selon l'effet global recherché, le bardage sera choisi en bois, en pierre ou en terre cuite pour plus d'authenticité, en acier pour plus de modernité. C’est ce choix qui va donner une touche d’originalité de votre maison ou au contraire lui permettre de se fondre parfaitement dans son environnement existant, dans le même style que les maisons voisines.
  • L'entretien : Un bardage est par définition exposé à tous les vents, aux UV, à la pluie. Certains matériaux sont sans entretien (PVC, pierre, terre cuite, béton), tandis que d'autres, et notamment le bois, nécessitent un ponçage et une lasure. N’hésitez pas à demander à notre professionnel Camif Habitat des précisions sur les modalités d’entretien du bardage selon le matériau choisi.
  • Le coût : Calculé au m2, le coût d'un bardage peut varier énormément en fonction des matériaux utilisés, des accessoires nécessaires pour la pose, de la technicité recherchée à la pose. Le coût d'entretien éventuel dans le temps est également à prendre en compte dans le calcul global.

L’isolation par l’extérieur

Lors de la réfection d’une façade, la question des performances énergétiques de la maison se pose. En effet, avant de ravaler la façade de votre logement, prenez le temps de faire évaluer vos dépenses énergétiques et les déperditions d’énergie. Savez-vous que 20 à 25 % des pertes thermiques s’échappent par vos murs extérieurs (juste après les déperditions par le toit) ? Demandez la réalisation d’un bilan énergétique à Camif Habitat pour savoir ce dont votre maison a besoin pour une isolation performante.

La solution d’isolation thermique par l’extérieur (appelée ITE) présente l’avantage de ne nécessiter aucune intervention à l’intérieur de votre maison. Vous pouvez donc vivre tranquillement chez vous durant les travaux. Seule la pose d’un échafaudage à l’extérieur sera nécessaire.

Côté matériau isolant, vous avez le choix entre différentes solutions :

  • Le PSE blanc ou gris (polystyrène expansé) est le plus couramment choisi lors d’une ITE sous enduit, car le rapport qualité/ prix est très compétitif.
  • La laine de roche avec une épaisseur entre 15 et 20 cm est à la fois très performante au niveau thermique et acoustique.
  • Les isolants biosourcés comme les panneaux de fibres de bois sont une solution écologique, mais au surcoût élevé.
  • La mousse résolique (ou phénolique) est le matériau le plus novateur, offrant de hautes performances thermiques et acoustiques.

Bon à savoir : le coefficient de transmission thermique (Uw), traduit la capacité d’isolation et s’exprimant en W/(m2.K).

Loi de transition énergétique pour la croissance verte : l'obligation d’isoler son bâti

"Pour certains bâtiments (construits en matériaux industriels), en cas de ravalement important d’une façade, la réglementation prévoit l’obligation de réaliser en même temps une isolation thermique. En toute logique, cette isolation est réalisée par l’extérieur en même temps que les travaux de ravalement, mais le propriétaire peut, s’il le souhaite, respecter l’obligation en isolant par l’intérieur.(...) L’obligation concerne uniquement les façades constituées à plus de 50 % en surface de terre cuite, de béton, de ciment ou de métal. Elle porte donc sur les façades en briques industrielles (non artisanales), en béton banché, parpaings, briques mono-murs ou bardage métallique." (Source : Ademe)

Discutez-en avec un professionnel Camif Habitat qui saura vous informer sur les obligations, les règlements en vigueur, mais aussi sur les aides au financement pour les travaux de rénovation énergétique. Par exemple, échangez avc lui sur le dispositif MaPrim’Rénov pour savoir le montant d’aide possible pour vous.

 

Contactez votre interlocuteur local

Les matériaux du bardage

Si les matériaux utilisés pour le bardage sont traditionnellement en bois de différentes essences, de plus en plus aujourd'hui, la liste des matériaux s'allonge pour abaisser le coût, minimiser l'entretien, gagner en performance thermique et innover en termes esthétiques.

Bardage bois

Le bois est traditionnellement le matériau roi du bardage. En clins (bardage lames), en panneaux ou en bardeaux, le bois de bardage se décline en une grande variété de styles et de budgets. Selon qu'il s'agit d'un bardage bois massif, contrecollé, ou dérivés du bois et selon l'essence utilisée (pin maritime, pin sylvestre, sapin, épicéa, red cedar, mélèze, châtaignier, peuplier, ipé, teck, etc), un traitement spécifique sera nécessaire (rétification, autoclave, ou oléothermie).

Les + : Le bardage bois apporte un côté chaleureux et authentique à la maison. Il se pose simplement sur un châssis réalisé en tasseaux. Sa performance thermique est parmi les meilleures du marché.

Les - : Le bardage bois demande souvent un entretien régulier, sauf à monter en gamme dans le choix des essences. Le prix est assez élevé, surtout lorsque les essences choisies sont exotiques.

Le coût : Entre 10 et plus de 50 € le m2. Les essences de bois les moins chères sont le pin (maritime, sylvestre, sapin, épicéa), les plus chères sont l'ipé, le teck, le red-cedar. En optant pour un bardage en composite, le coût est moindre et l'entretien est quasi nul.

Bon à savoir : Le bardage bois répond à une classification précise en matière de résistance à l'humidité. 5 classes sont ainsi commercialisées en fonction du milieu dans lequel le bois sera plongé :

Classe d'emploi 1 : le bois ne supporte pas l'humidité. Il doit toujours rester sec et se destine exclusivement à un usage intérieur.

Classe d'emploi 2 : le bois supporte peu l'humidité. Il doit rester sec la majorité du temps, mais support un taux d'humidité pouvant occasionnellement dépasser 20 %.

Classe d'emploi 3 : le bois supporte assez bien l'humidité. Il peut être humide régulièrement avec un taux d'humidité pouvant fréquemment dépasser 20 %.

Classe d'emploi 4 : le bois supporte très bien l'humidité. Il peut rester en permanence ou de manière prolongée sous un taux d'humidité supérieur à 20 %.

Classe d'emploi 5 : le bois ne craint pas l'humidité. Il peut rester en permanence en contact avec l'eau.

Dans le cas d'un bardage extérieur, l'exposition aux intempéries nécessite de monter en classe d'emploi. Pour un bardage posé au Nord avec un taux d'humidité important, la classe d'emploi doit être en 4 ou 5. Pour un bardage exposé au Sud, la classe d'emploi 2, voire 3 peut suffire.

Bardage acier

De plus en plus utilisé dans les constructions modernes, le bardage acier ajoute à la maison un aspect très contemporain et design. Décliné en de nombreuses formes (plaques, lames, cassettes, tôles nervurées ou planes), le bardage acier peut être utilisé comme un simple revêtement de façade ou intégrer des éléments isolants performants (panneaux sandwichs par exemple). Le plus souvent réalisé en acier galvanisé, et plus rarement en aluminium et inox, le bardage métallique offre des finitions variées (laqué, revêtement plastique).

Les + : Le bardage acier est résistant aux intempéries et aux UV. Il offre aux constructions une esthétique moderne. Ultra durable dans le temps, le bardage acier se décline dans une grande variété de coloris.

Les - : Le bardage acier est bruyant par pluie battante. Il ne s'accorde pas toujours avec le style des maisons anciennes notamment dans le cadre d'une extension. Son coût reste assez élevé. Un traitement est obligatoire contre la rouille.

Le coût : À partir de 80 € le m2.

Bardage pierre

Le bardage en pierre naturelle (basalte, marbre, ardoises) ou en pierres reconstituées est esthétiquement superbe et peut, si la mise en œuvre est réalisée dans les règles de l'art, offrir une vraie performance thermique. Disponible en dalles, carreaux ou pavés, le bardage en pierre est rare du fait essentiellement de son coût élevé.

Les + : Esthétiquement très valorisant, le bardage en pierre est solide et durable. Il ne nécessite pas d'entretien.

Les - :
La mise en œuvre d'un bardage pierre est rendu compliquée par le poids de la pierre et la création de joints de dilatation. Le coût de l'ensemble (matériaux, accessoires et pose) est dissuasif.

Le coût : À partir de 60 € le m2 pour un bardage ardoises, et à plus de 150 € le m2 pour un bardage marbre.

Bardage PVC

De plus en plus utilisé aujourd'hui sur les maisons à ossature bois, le bardage PVC se présente le plus souvent sous la forme de clins. Lisse ou veiné, en imitation du bois, le bardage PVC se décline en de nombreuses couleurs.

Les + : Le bardage PVC cumule quasi tous les avantages : coût peu élevé, pas d'entretien, grande diversité des coloris et des aspects, facile de pose, résistant aux UV et à la pluie.

Les - : Fabriqué à base d'hydrocarbures, le bardage PVC est toxique en cas d'incendie.

Le coût
: À partir de 10 € le m2.

Bardage en terre cuite

Peu utilisé à tort, le bardage en terre cuite est disponible en panneau, tuile, plaque ou plaquette. Son cachet indéniable donne un côté naturel aux constructions revêtues. Résistant au gel, au feu et aux intempéries, le bardage terre cuite est un choix pérenne.

Les + : La terre cuite offre une très haute performance thermique. Le rendu est naturel et s'harmonise parfaitement avec les constructions anciennes.

Les - : La pose à la verticale est délicate principalement en raison du poids du matériau.

Le coût : À partir de 40 € le m2.

Bardage béton

Peu utilisé dans les constructions chez les particuliers, le bardage béton qu'il soit cellulaire ou non, offre une grande résistance aux intempéries tout en proposant une bonne inertie thermique.

Les + : Composé d'éléments naturels comme la chaux, le sable, le ciment, le bardage béton est solide et pérenne dans le temps. Il peut être moulé pour un rendu imitation bois. Quand il s'agit de béton cellulaire, le bardage offre un vrai plus en terme d'isolation.

Les - : Lourd et souvent considéré comme inesthétique, le bardage béton est utilisé principalement dans les ouvrages industriels ou agricoles.

Le coût : À partir de 15 € le m2.

Vous l’aurez compris, chaque bardage a ses avantages et ses inconvénients. En faisant appel à Camif Habitat, vous bénéficierez de conseils d’experts avisés qui sauront vous proposer la solution qui correspond le mieux à votre budget, à votre envie et aux contraintes architecturales de votre habitation.

 

Profitez de votre visite conseils gratuite

 Tout savoir sur la rénovation

Tout savoir sur la rénovation

Téléchargez la brochure

Envie de voir d'autres conseils ?

Choisir un bardage PVC

Rénovation

Bardage zinc : une bonne alternative

Rénovation

Profitez des Atouts Camif Habitat

Prix / délais / qualité
garantis par contrat
*Assurance Dommages-Ouvrage
Prise en charge
de votre projet de A à Z
Accompagnement personnalisé
de notre maître d'oeuvre

Nos avis clients sur la rénovation

Divers travaux à VALENCE (26)

Changement d'interlocuteur avec beaucoup de perte de temps pour le démarrage du projet. Chargé d'affaires présent et actif à la présentation du projet. Peu présent par la suite. Pas présent à la réception des travaux.

Divers travaux à RAMONVILLE ST AGNE (31)

TRES BIEN BONNE ECOUTE

Contactez notre professionnel local

1 / 2 Votre projet
Oui Non
Suivant
2 / 2 Vos coordonnées
Précédent