Rénover un chalet : comment s’y prendre ?

    Dites nous tout !

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux

    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    Vous venez d’hériter d’un chalet familial ou vous êtes tombé sous le charme d’un chalet d’alpage à retaper ? Au même titre que rénover une maison, rénover un chalet peut s’avérer un chantier délicat et pour cause : il faut réussir à trouver un subtil équilibre entre techniques offrant le confort moderne et respect de l’architecture et du style du chalet traditionnel. Pour rénover dans les Alpes, les Pyrénées ou le Jura, il faut aussi prendre en compte les constructions de chalet sur des dénivelés importants…. Sans oublier la rudesse de l’hiver, nécessitant une couverture en parfait état et une isolation des plus performantes !

    Le point chaud : revoir l’isolation de votre chalet

    Dans un chantier de rénovation de chalet, le poste le plus délicat est celui de l’isolation. En effet, même si les chalets ont été conçus en montagne pour un climat plutôt rude, le plus souvent (pour ne pas dire toujours), les chalets les plus anciens ne bénéficient pas d’une isolation répondant aux standards modernes. Or, il est fondamental de ne pas dénaturer l’architecture et le style du chalet en en faisant l’isolation. Il faudra donc faire des compromis et, par exemple, privilégier le plus souvent une isolation des murs par l’intérieur. Vous pourrez ensuite cacher le travail avec des lambris et autres éléments de déco aux accents plus ou moins traditionnels sans dénaturer l’extérieur du chalet.

    Pour les huisseries, vous veillerez soit à choisir du bois, soit à vous porter vers de l’aluminium coloré en teinte bois pour conserver une allure globale élégante et traditionnelle. 

    Des aides de l’État pour la rénovation thermique d’un chalet

    • Si votre chalet est votre résidence principale et qu’il est construit depuis plus de 2 ans, vous pouvez vous pencher en détails sur les critères d’éligibilité de MaPrim’Rénov. Elle s’applique sur des travaux
    • Si votre chalet est une résidence secondaire, vous pouvez vous tourner vers la Prime Énergie. Isolation de la toiture et des murs, mise en place d’une VMC, installation d’une pompe à chaleur, changement de vos fenêtres… tous ces travaux peuvent bénéficier d’une Prime Énergie.

    Quel que soit le cas de figure qui vous correspond, vous devez effectuer les travaux avec un artisan RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). La bonne nouvelle, c’est que Camif Habitat est certifié NF Habitat – RGE.

     

    Et l’extérieur de votre chalet ?

    Rénover un chalet, est-ce que ça implique de rénover les façades ? Il faudra là vraiment faire le point avec le maître d’œuvre Camif Habitat à qui vous confierez votre chantier de rénovation car, en refaisant les façades d’un chalet, on peut très vite le dénaturer. Et si la rénovation est indispensable, il faudra alors accepter de payer un peu plus cher et en choisissant de faire intervenir des artisans locaux traditionnels habitués à ce type de travaux.

    Optimiser l’aménagement intérieur de votre chalet

    Lorsque vous séjournez dans votre chalet, vous voulez accueillir votre tribu et vos amis… autant dire qu’avoir un maximum de couchages est un atout pour des vacances réussies au ski ou pour passer l’été à la montagne. De même, vous pouvez envisager de vous installer à l’année dans votre chalet ce qui demande un niveau de confort maximum pour vous sentir à l’aise sur place, et en toutes saisons.

    Plus l’espace est réduit, plus l’optimisation des mètres carrés est essentielle. Meubles et rangements sur-mesure, choix de meubles multifonctions ou amovibles… Faites confiance à nos architectes d’intérieur Camif Habitat pour sublimer votre chalet et faire une rénovation intérieure harmonieuse de votre appartement à la montagne.

    La déco : tout bois… ou presque

    C’est bien sûr sur la déco intérieure que vous allez pouvoir vous faire plaisir. La question sera de savoir si vous devez suivre la tentation du « tout bois » ou pas. De fait, classiquement, un chalet est en bois du sol au plafond.

    Ceci dit, vous pourrez vous autoriser quelques entorses à la fois pour mettre votre patte mais aussi pour donner un style un peu plus moderne. Pourquoi ne pas, par exemple, réaliser un mur ou deux du salon en béton ciré qui se marie à merveille avec le bois ? Vous pouvez également associer au bois de l’inox ou de l’acier, pour la cuisine par exemple. Quant au sol, vous pouvez tout à fait, ponctuellement, privilégier un carrelage en ardoise plutôt qu’un parquet traditionnel.

    Agrandir votre chalet

    Malgré l’optimisation de votre intérieur, vous pensez qu’un agrandissement serait nécessaire pour votre chalet ? Aucun souci ! Camif Habitat peut vous proposer des solutions d’agrandissement compatibles avec la configuration de votre chalet et la pente de votre terrain. Connaissez-vous les extensions sur pilotis ? Elles permettent de prolonger votre habitation à la montagne, dans le prolongement de l’habitation existante, sans que le dénivelé de la montagne soit un obstacle ! Vous pouvez y créer un salon, une chambre, et pourquoi pas y installer une véranda. Dans la partie inférieure, vous pouvez stocker du bois ou créer un abri pour votre matériel de ski, par exemple.
    Il est aussi possible d’envisager une extension en hauteur, après une étude préalable de vos fondations. Le bureau d’études Structure fera des préconisations de renforcement de vos fondations si cela s’avère nécessaire. C’est une phase préparatoire nécessaire et même fondamentale pour assurer la pérennité de votre maison à la montagne.

    Bon à savoir : pour l’ajout d’une fenêtre de toit dans votre chalet, vous devrez faire une déclaration préalable de travaux à votre Mairie. Par contre, pour un agrandissement, tout va dépendre de la superficie à créer. En dessous de 5m2, pas de démarche particulière… sauf si votre chalet atteint 150m2 ou plus après travaux : il faudra alors avoir recours à un architecte. Entre 5 m2 et 20 m2 dans une zone hors PLU (plan local d’urbanisme), vous devrez faire une déclaration préalable de travaux. Au-delà ce sera une demande de permis de construire. Dans une zone couverte par un PLU, c’est une déclaration préalable jusqu’à 40 m2, et au-delà un permis de construire.