Sarking : l’isolation de toiture par l’extérieur

Sarking : l'isolation de toiture par l'extérieur

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux


    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    Si le sarking est encore confidentiel en France, cette méthode d’isolation des toits par l’extérieur rencontre depuis notamment le boom des maisons en bois, un vrai succès. Quelles sont les techniques utilisées ? Quels sont les avantages et les inconvénients de cette formule ? Combien ça coûte ? Dans ce dossier, toutes les réponses !

    Comment faire un toit en sarking ?

    Comme on le sait, l’isolation du toit dans une maison ancienne fait partie des priorités dans le cadre d’une bonne maîtrise de sa facture de chauffage. Selon l’Ademe, jusqu’à 30% des déperditions de chaleur passent par le toit !

    Pour isoler un toit, la technique la plus courante est d’installer soit sur le plancher des combles perdus, soit sur le rampant entre les solives des combles aménagés des isolants. A ces deux techniques classiques vient s’ajouter le sarking depuis quelques années.

    Trouver votre interlocuteur local/implantation-locale/Je me lance !

    Trouver votre interlocuteur local

    Qu’est-ce que l’isolation sarking ?

    Depuis longtemps utilisé en montagne dans le cadre de la construction en bois en raison de sa haute performance, le sarking est LA méthode d’isolation des toitures par l’extérieur par excellence.

    Cette méthode, également appelée isolation continue de la toiture par l’extérieur, est surtout utilisée dans le cadre de la construction neuve d’une maison ou d’une extension, ou dans le cas de la rénovation d’une toiture traditionnelle ancienne.

    Le sarking consiste à poser entre la charpente et les tuiles ou les ardoises, un système d’isolation en deux couches prises en sandwich entre le platelage, les chevrons et les liteaux. Un pare-vapeur vient compléter la pose pour éviter les effets de pourrissement.

    La technique du sarking s’adapte à toutes les pentes de toiture

    Elle fournit de hautes performances en réduisant les ponts thermiques, et donne ainsi accès à des économies d’énergie substantielles.

    Les avantages du sarking

    Le sarking a 6 principaux avantages :

    • Les économies d’énergie : La mise en place sur l’ensemble de la toiture d’une double isolation en continu permet d’atteindre un niveau de performance d’isolation haut de gamme. Le fait que la pose se fasse « en continu » permet d’éliminer les ponts thermiques souvent difficiles à traiter quand l’isolation se fait entre solives. Les ponts thermiques sont responsables selon l’Ademe de 7 à 10% des déperditions de chaleur.
    • Le gain de confort : Une maison à la toiture parfaitement isolée est plus agréable à vivre. La chaleur reste bloquée sous le bâti et se diffuse de façon plus homogène, ajoutant à la sensation de confort. Les matériaux utilisés sont également plus écologiques (lin, bois, liège, etc.).
    • Le gain de place : L’isolation étant située en extérieur, elle n’empiète pas sur l’espace de vie des combles aménagés.
    • Le gain esthétique : Dans une habitation ancienne, la préservation des poutres apparentes ajoute aux charmes de la maison. L’isolation en sarking permet de mettre en valeur la charpente puisque les isolants se placent en extérieur.
    • La préservation du décor intérieur : Les travaux d’une isolation en sarking sont réalisés en extérieur ce qui permet d’épargner la décoration intérieure initiale.
    • Une technique tout terrain : La pose d’une isolation en sarking est possible sur toutes sortes de pentes de toit. Souvent utilisé en montagne, le sarking est également de plus en plus utilisé en plaine, là où les toits sont beaucoup moins pentus.
    Parlons de votre projet/demande-devis/Je me lance !

    Parlons de votre projet

    Les inconvénients du sarking

    Le sarking a 5 principaux inconvénients :

    • Son prix : Le sarking coûte notablement plus cher que l’isolation classique par l’intérieur en soufflage ou par pose de couches en rouleaux ou panneaux. Pourquoi une telle différence de prix ? Parce que d’une part, les matériaux seuls utilisés en sarking sont plus chers (40 à 60 € le mètre carré contre 20 à 30 € pour une isolation classique).
    • D’autre part, sa mise en œuvre est longue et minutieuse : la pose de ce type d’isolation demande plus de temps (platelage, isolation multicouche, pare-vapeur, chevrons, contre-chevrons) et plus de minutie. Quand le sarking est réalisé avec des panneaux autoportants ou des panneaux sandwichs de grandes dimensions, l’utilisation d’un engin de levage de grande hauteur est indispensable.
    • Il faut ainsi compter en moyenne 200€ du mètre carré de toiture pour une isolation en sarking réalisée par un professionnel.
    • La nécessité de démarrer charpente nue : Le sarking demande au préalable de découvrir l’ensemble de la maison. Le début du chantier commence charpente nue. Dans le cadre d’une rénovation, toute la toiture doit être ôtée hors charpente.
    • La nécessité technique de rehausser le toit : Dès lors que l’isolation s’installe au-dessus de la charpente, le toit se retrouve mécaniquement rehaussé ce qui peut être un véritable handicap quand le logement à isoler est mitoyen.

    Les différentes techniques pour choisir les meilleurs panneaux

    L’isolation en sarking est réalisable selon plusieurs techniques en fonction du type de matériaux utilisés. Dans tous les cas, le chantier démarre toujours charpente nue.

    Pour un matériau d’isolation standard, la première étape d’une isolation en sarking est la pose d’un platelage (également appelé voligeage). Souvent réalisé avec des plaques de plâtre hydrofuges et ininflammables, le platelage peut aussi être réalisé avec des panneaux de contreplaqué, d’aggloméré ou d’OSB traités contre l’humidité, ou encore des lames de plancher. Cette première couche a deux fonctions : le soutien de l’isolant au-dessus et la création du plafond en dessous.

    Le chantier se poursuit par la mise en place d’un pare-vapeur dont les raccords sont soigneusement étanchéifiés avec de l’adhésif spécifique. Vient ensuite une première couche d’isolation en panneaux, puis en décalé au niveau des jointures (pose en quinconce à joints serrés et alternés), une seconde couche d’isolation. Un second écran de sous toiture de type voile étanche, film à face réfléchissante ou revêtement bitumeux est installé sur l’ensemble. Le tout est tenu par des contre-lattes (liteaux ou contre-chevrons) vissées ou clouées aux chevrons de la charpente à travers la couche d’isolant. Les tuiles ou les ardoises sont ensuite posées sur les contre-lattes.

    Partant pour nous rencontrer ?/demande-devis/Je veux une visite !

    Partant pour nous rencontrer ?

    Pour simplifier les opérations, les fabricants proposent des produits quasi tout-en-un parmi lesquels

    • Les caissons chevronnés : Décliné en plusieurs épaisseurs d’isolant (de 80 à 180 mm de polystyrène expansé ou de mousse de polyuréthane) et en plusieurs dimensions (de 2 m à 8 m de long x 60 à 82 cm de large), le caisson chevronné embarque en une seule pose la sous-face décorative, la couche isolante, un écran hydrophobe et le support de couverture. La pose se fait directement sur les chevrons de la charpente. Les joints entre caisson sont réalisés avec de la mousse expansée et des bandes de joints réfléchissantes. La présence de chevrons raidisseurs permet une pose facile, les uns à côté des autres. Une grande variété de modèles de finitions intérieures sont proposés par les fabricants (placo, bois, vinyle, etc.).
    • Les panneaux sandwichs : Comme les caissons chevronnés, les panneaux sandwichs sont tout en un. Ils embarquent une sous-face décorative (en bois façon lambris, en plaque de plâtre, etc.), un isolant (le plus souvent en polystyrène expansé, rainuré latéralement dans la masse pour faciliter le montage par emboîtage, ou en laine de lin, ou laine de roche), un écran hydrofugé et des liteaux. Ce type de panneaux munis ou non de raidisseurs selon les modèles se décline en de nombreuses épaisseurs (de 60 à 200 mm) et en plusieurs dimensions (de 2,50 à 5 m de long x 60 cm de large).

    Le chantier se termine par la pose des tuiles ou des ardoises sur les liteaux ou les chevrons.

    Fibre de bois, laine de verre, polyuréthane… Quel est le meilleur isolant pour une toiture ?

    Le sarking étant une technique assez récente des techniques d’isolation de la toiture par l’extérieur, les matériaux qui peuvent intervenir dans la couverture isolante sont nombreux. Il est possible de les regrouper en trois grandes familles : les matières naturelles, les matières minérales, les matières synthétiques. Voici quelques exemples :

    • Le naturel est issu du bois et de certaines plantes : fibres de bois, ouate de cellulose, chanvre, fibre de lin, laine de coton, fibres de coco. La fibre de bois, issu de forêts de conifères, est la plus utilisée, car elle ne craint pas l’humidité.
    • Le minéral provient de la laine de roche, de la laine de verre, de la perlite, de la vermiculite, du verre cellulaire. Ce sont également des matières naturelles, car issues de roches retravaillées. La plus utilisée est probablement la laine de roche, car elle n’irrite pas la peau et est commercialisée sous de nombreux conditionnements.
    • Enfin, la famille des synthétiques a l’avantage de sa facilité d’utilisation. Elle se décline en mousse de polyuréthane (PUR), polystyrène expansé (PSE), polystyrène extrudé (XPS).

    Les qualités isolantes ne sont pas égales. Les synthétiques possèdent les coefficients les plus forts, suivis par certains isolants naturels, et la laine de roche. Côté environnement, ce classement est bien sûr différent. Les épaisseurs d’isolants ne sont pas non plus identiques : ainsi, il faut une épaisseur de laine de roche deux fois plus importante que la couche de PSE. Les petites maisons bénéficient donc des avantages de ce matériau synthétique. Ce dernier doit cependant être ignifugé… Pour faire le bon choix pour votre projet, n’hésitez pas à suivre les conseils personnalisés de votre interlocuteur Camif Habitat !

    Un projet travaux ?/demande-devis/Je prends RDV !

    Un projet travaux ?

    Quelles aides financières pour une isolation par sarking ?

    Comme le toit est l’élément le plus sensible lors des déperditions d’énergie, les aides financières sont nombreuses et accessibles. En voici quelques exemples :

    • MaPrimeRénov, une aide gouvernementale très utilisée, car elle intervient pour de nombreux travaux et peut être bonifiée si l’efficacité énergétique visée fait un sérieux bond en avant. Elle est directement conçue pour les travaux d’isolation et permet même de financer l’accompagnement par un maître d’oeuvre.
      Comment se déroule le recours à MaPrimeRénov’ ? Vous créez un compte et déposez un dossier en ligne, l’ANAH vous confirme le droit à votre aide, vous demarrez les travaux puis récupérer la facture. Vous êtes remboursé !
      Quels éléments pour profiter de MaPrimeRénov’ ? En résumé, tout sur vous, y compris votre déclaration d’impôts, tout sur votre projet, et tout sur les autres aides dont vous voulez bénéficier. L’épais dossier devra avoir été numérisé avant l’envoi sur le site internet de cette prime. N’hésitez pas à vous faire aider !
    • L’éco-prêt à taux zéro, aussi appelé éco-PTZ
    • La Prime énergie, financée par les Certificats d’Economie d’Energie
    • Des primes spécifiques des fournisseurs d’énergie, qui sont pensées pour cumuler MaPrimeRénov’, aides de l’Etat et soutien financier pour vous convaincre d’utiliser leurs offres
    • La TVA réduite au taux de 5,5% ne concerne pas seulement le sarking à proprement parler, mais tous les travaux que ce changement important entraîne : le pose et la dépose des échafaudages, la pose et la dépose du toit, le remplacement des isolants, les travaux d’électricité, etc.
    • Les aides territoriales

    Il faudra faire tranquillement le tour de toutes ces aides, car il faut déposer certaines demandes avant les autres, et en tout cas, réfléchir avant de signer un devis de travaux. Une obligation néanmoins : faire appel à un prestataire RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) comme Camif Habitat.

    Quel est le prix d’une toiture en sarking ?

    Le sarking est efficace, mais il demande un budget conséquent. Comme la technique est nouvelle, il existe encore peu de référentiels, mais voici quelques indications.

    • Selon le matériau choisi, les prix peuvent varier à plus ou moins de 50 euros d’écart, sachant que les matériaux synthétiques sont les moins chers, et parfois même plus : le prix d’un panneau en sarking est compris entre 24 euros et 80 euros du mètre carré selon le type de produit et son épaisseur.
    • Le montant moyen de pose d’une isolation en toiture par l’extérieur, autrement dit par sarking est de 200 € à 220 € TTC le m² environ, matériaux compris. Mais selon la région et l’accessibilité (les prix du sarking en montagne seront supérieurs), comptez une échelle de prix entre 110 euros par mètre carré et un coût de 270 euros le mètre carré.
    • Le coût de main d’oeuvre au mètre carré est en moyenne de 60 euros.
    Trouver votre interlocuteur local/implantation-locale/Je me lance !

    Trouver votre interlocuteur local

    Ces prix comprennent les étapes de pose suivantes :

    • Dépose de la couverture du toit
    • Fixation du platelage de la toiture (plancher de charpente) sur les chevrons, celui-ci va constituer le support de l’isolant
    • Installation du pare-vapeur (facultative, mais fortement recommandée si la propriété est située dans une zone humide)
    • Pose des panneaux isolants
    • Pose de l’écran de sous-toiture
    • Fixation des contre-lattes permettant une meilleure ventilation de l’espace en dessous de la couverture
    • Installation des liteaux sur le contre-lattage
    • Pose de la couverture du toit

    Ils ne comprennent pas les éventuels travaux à réaliser si la toiture d’origine n’est pas en bon état (ardoises ou tuiles à remplacer, gouttières à réparer, etc.)

    Vous vous demandez si le sarking est réalisable pour votre maison particulière ? S’il assure une bonne ventilation ? Si vous pourrez toujours profiter d’une charpente apparente ? Quel est le réel impact sur la performance énergétique, car vous visez un DPE de niveau A ou B ?

    Votre interlocuteur missionné par Camif Habitat pourra vous conseiller à toutes les étapes du projet. Il vous établira un devis des travaux, vous proposera différents isolants avec leurs coûts pour vous permettre de choisir entre écologie et budget, et vous expliquera tous les impacts de la nouvelle toiture sur l’étanchéité de l’air et la résistance au feu de la nouvelle toiture.