Quelle rénovation pour une maison en pisé ?

Quelle rénovation pour une maison en pisé ?

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux


    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    Qu’est-ce qu’une maison en pisé ?

    Une maison en pisé est une maison construite en terre crue banchée soutenue par une charpente en bois. Ses murs font alterner la terre et le bois pour former un tout solidaire et solide. Selon les régions, la maison en pisé peut voir sa terre crue de construction mélangée à du foin ou de la paille (bauge ou torchis). Ces dernières années, un architecte autrichien, Martin Rauch, a remis cette technique ancestrale au goût du jour grâce à une méthode de construction en préfabriqué.

    En France, les maisons en pisé se trouvent en majorité dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, mais il est possible d’en trouver dans toutes les régions qui possèdent des sols argileux, limoneux ou sableux, comme la Picardie et la région toulousaine. Comme elles sont en terre, les maisons en pisé apparaissent fragiles, mais elles sont souvent vieilles de plusieurs centaines d’années et résistent à tout, si elle sont bien entretenues, en fonction de leurs spécificités.

    Pisé :  la définition

    Le pisé est une terre argileuse qui est coulée entre deux planches de bois, ce qui fait que l’on appelle cela une construction en banches. Le murs en pisé s’élèvent rapidement grâce à ces banches. La terre peut être mélangée à de la paille ou non. Utilisé depuis des millénaires, le pisé est employé sur les continents du monde entier, puis récemment, redécouvert grâce à ses avantages écologiques. 

    Trouver votre interlocuteur local/implantation-locale/Je me lance !

    Trouver votre interlocuteur local

    Comment reconnaître une construction de maison en pisé ?

    Les maisons en pisé n’ont pas le même aspect extérieur que les maisons en bois, en parpaing ou en tuiles, puisque leur élévation est linéaires et non par éléments assemblés.

    • Sur le plan horizontal, tous les 10 à 15 cm, on distingue les couches de damage, toujours plus denses en haut que dans leur partie inférieure.
    • La couleur de l’argile, qui ne peut être modifiée, donne à la maison en couleur foncée, dans les tons ocre naturels.
    • Les limites verticales entre les banchées sont souvent marquées par un joint, continu ou non dans l’épaisseur du mur ; il est souvent fait d’un lit ou d’un cordon de mortier de chaux.
    • Le sol employé pour la construction est souvent recouvert par des moellons de pierre ou des galets, ce qui permet de repousser l’humidité.

    Pourquoi construire en pisé ?

    La particularité d’une maison en pisé réside dans son équilibre hydrique. En effet, la terre comme matériau de construction est stable dès lors qu’il est protégé de l’eau courante. Dans le cas contraire, un trop plein d’humidité a pour conséquence la décomposition de la terre. A l’inverse, quand les murs sont trop secs, ils s’effritent !

    Pour protéger les murs de l’eau, la construction en terre s’appuie le plus souvent sur un socle de fondation en pierre ou en galet qui éloigne la terre de l’humidité du sol et limite les remontées capillaires. Un enduit à la chaux ou fabriqué par un mélange entre chaux aérienne et ciment protège l’extérieur des murs de la pluie. La toiture et ses débords abritent quant à eux les murs de la pluie directe et des ruissellements.

    Si la construction en pisé craint l’humidité, cela ne concerne que les déséquilibres et non les conditions climatiques. En temps normal, le pisé s’adapte aux variations de température comme un seul corps, et garde donc tous les éléments soudés. Pas de fissures structurelles ou de ruissellement dans des murs en pisé bien construits. Il est donc possible de construire en pisé sous toutes les latitudes et climats.

    Maisons en pisé : quels inconvénients ?

    L’autre grande contrainte d’une maison ancienne en pisé tient à la distribution des pièces assez exotique pour nos vies d’aujourd’hui. En effet, lors de sa construction, la maison a souvent été découpée en de nombreuses petites pièces en enfilade qui s’avèrent peu pratiques. Pour obtenir une grande pièce, la tentation est grande de vouloir supprimer des cloisons intérieures… Le souci est que chaque mur de cloison est autoportant ce qui signifie qu’il fait partie du tout et assure de ce fait le maintien de la toiture. Des fissures structurelles pourraient apparaître. Sachant cela, le percement d’un mur intérieur d’une maison en pisé équivaut à retravailler un mur porteur. Des précautions sont donc à prendre notamment la mise en place d’étais de renfort et la pose d’un IPN ou équivalent.

    Parlons de votre projet/demande-devis/Je prends RDV !

    Parlons de votre projet

    C’est quoi un mur en pisé ? Doit-on isoler un mur en pisé ?

    Le pisé, plus connu en Amérique latine et du Sud, revient à la mode, car c’est un mode de construction qui peut être économique et qui est certainement écologique. Il est également rapide. Grâce à l’utilisation de la terre crue pour des murs en pisé d’une grande épaisseur (50cm en moyenne), les murs en pisé jouent un rôle de climatiseur naturel en toutes saisons. Ils sont connus pour leur aptitude à emmagasiner la chaleur au cours de la journée, puis à la restituer la nuit. En hiver, les murs en pisé offrent une bonne isolation thermique et réduisent les dépenses énergétiques nécessaires pour le chauffage de la maison.

    L’une des autres principales caractéristiques du pisé est son pouvoir régulateur de l’hygrométrie. La terre crue dont il est constitué a en effet la capacité d’absorber la vapeur d’eau lorsqu’elle est en excès dans l’air intérieur. De même, elle peut la libérer lorsque le taux d’humidité est trop bas. Plutôt que d’appliquer une couche de peinture, il vaudra mieux poser des enduits à la chaux, qui vont laisser le mur en pisé respirer. En période de pluie, les soubassements feront office de bottes de pluie, pendant que la couche de chaux agira comme une cape de pluie.

    L’isolation du mur en pisé n’est pas une priorité. En effet, il pourrait produire des pourritures si l’hygrométrie était trop importante. Il est cependant possible d’utiliser des isolants naturels comme la paille, la chaux, et les laines de bois et de chanvre. Côté déco, vous profiterez de tous les coloris de la chaux aérienne ou de la terre crue, qui vont des jaunes intenses aux verts pâles.

    Comment chauffer une maison en pisé ?

    Basée sur des équilibres naturels, la maison en pisé demande un choix très fin pour le chauffage. D’une part, on ne peut passer des tuyaux près des murs, et d’autre part, il ne faut pas créer de rupture dans l’équilibre hygrométrique. La géothermie et le poêle à pellets peuvent être des solutions adaptées. 

    L’architecte autrichien Martin Rauch a créé dans sa maison dans les Alpes une isolation intérieure par des panneaux de roseaux et un enduit à l’argile avec chauffage mural intégré. L’addition des deux techniques assure aux habitants une thermie naturelle. 

    Partant pour nous rencontrer ?/demande-devis/Je veux une visite !

    Partant pour nous rencontrer ?

    Comment choisir ses priorités pour rénover une maison en pisé ?

    L’important, lors de la rénovation d’une maison en pisé, est de ne pas interrompre les échanges d’humidité et de « laisser la maison vivre ». Les murs en pisé doivent continuer à gérer les échanges entre l’intérieur et l’extérieur.  

    Il faut laisser les murs en pisé respirer, tout comme il faut éviter de rompre la conversation entre la maison et son soubassement. Attention donc au sol et au dallage qui équipe la maison. 

    Une des questions essentielles qui se pose est celle du choix du sol de la maison en pisé. Il faut absolument choisir un revêtement qui permette à la maison de respirer sans faire barrière aux transferts d’humidité. Ainsi, pour une salle de bains, comme pour une cuisine d’une maison en pisé, contrairement aux habitudes, il ne faut pas poser de carrelage. Des matériaux respirants, comme la tomette ou la pierre naturelle, seront une excellente option.

    La rénovation d’une maison en pisé doit impérativement tenir compte des spécificités de construction de ce type de bâtiment. En effet, le propre d’une construction en pisé est d’être un tout indissociable. Le bois et la terre se dilatent et se rétractent au même rythme pour rendre le bâtiment vivant. Modifier une partie de la construction revient souvent à rompre l’équilibre ce qui va irrémédiablement amener des désordres dans la solidité de l’ensemble.

    En d’autres termes, la rénovation d’une maison en pisé ne doit pas perturber les transferts d’humidité entre les divers éléments. Elle doit également tout faire pour éviter les contacts des matériaux avec l’eau ruisselante.

    Votre rénovation de maison ancienne implique que chaque choix soit bien réfléchi en amont en matière de :

    • remblaiement des soubassements : les fondations de galets ou de pierres ont un rôle de modération des remontées capillaires. Quand le remblaiement à l’extérieur du bâtiment est trop compact et imperméable, l’eau va se concentrer dans les pierres ce qui va provoquer des remontées par capillarité. La pose d’un drain est ainsi obligatoire pour permettre aux échanges d’humidité de se faire. Cela est vrai à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur des murs. La hauteur de ces soubassements doit au moins atteindre 50 centimètres.
    • dallage intérieur : pour les mêmes raisons que précédemment, la pose d’un dallage étanche à l’intérieur va bloquer l’humidité au pied des murs. L’humidité du sol n’aura alors plus d’autre choix que de remonter dans les murs par capillarité. Pour éviter cela, les sols en intérieur doivent rester respirant. La pose d’un drainage fin en intérieur sous le dallage de type hérisson va limiter les remontées capillaires.
    • dallage extérieur : la pose d’un dallage trop étanche en extérieur, surtout avec une pente en contresens va faire ruisseler l’eau de pluie au pied des murs. L’équilibre hydrique sera alors rompu ce qui aura pour conséquences de désagréger la solidité de la construction et de favoriser l’apparition de moisissures à l’intérieur. Pour éviter ces désagréments, un système de drainage devra être installé au pied des murs en extérieur. Une pente renvoyant l’eau ruisselante au loin sera également mise en place.
    • enduit extérieur : si l’enduit extérieur est trop étanche, les murs ne pourront plus respirer et réguler leur taux d’humidité. Le risque d’un enduit étanche est le pourrissement du bois de charpente. L’enduit traditionnel à la chaux doit être privilégié. Les peintures contenant des polymères sont à proscrire.
    • isolation intérieure : la pose d’isolant ou de parement intérieur non respirant va elle aussi concentrer l’eau dans les murs. Cela peut entraîner le pourrissement des bois et le développement de moisissures. La pose d’une isolation extérieure est plus indiquée dans ce type de construction. Celle-ci doit être respirante (sans pare vapeur) pour permettre aux échanges hydriques de se faire.
    • débords de charpente et gouttières : pour limiter le ruissellement de l’eau du toit sur les murs, la rénovation devra s’attacher à accentuer la longueur des débords de toiture. La pose de gouttières est également préconisée pour renvoyer le trop plein d’eau plus loin.
    Un projet travaux ?/demande-devis/Je me lance !

    Un projet travaux ?

    Rénover une maison en pisé : une rénovation très technique !

    La rénovation d’une maison en pisé est une opération très technique qui se doit d’être réalisée par des professionnels. En amont des premiers travaux, il convient de faire réaliser des diagnostics de l’existant. Plus encore que les murs en pisé, une attention toute particulière doit être portée sur la charpente. En effet, cette dernière a un rôle central dans le bâti : elle soutient la toiture, mais c’est aussi elle qui lie les murs entre eux ! En cas de pourrissement des solives, la solidité de la maison toute entière est en péril. Sachant que toute modification d’un des éléments de la couverture, de la charpente, des sols, etc. a des incidences sur l’ensemble de l’équilibre du bâti, il est plus que recommandé de faire appel à des professionnels qualifiés dans ce type de rénovation. Le souci est que ce type de savoir-faire est assez particulier et rare, ce qui complique bien évidemment la bonne tenue de la rénovation.

    Comment moderniser une habitation en pisé ?

    Les habitations en pisé ont un charme particulier, un peu plus épaisses et plus « brutes » que d’autres constructions. La rénovation intérieure va devoir s’adapter à son style unique. Les tons ocre des murs ne conviendront pas à une décoration en noir et blanc, par exemple. Les pièces qu’il faudra adapter sont cependant celles où l’eau et la vapeur d’eau sont indispensables : la cuisine et la salle de bains. Sur les murs directement en contact avec l’eau, il faudra poser des matériaux hydrofuges et plus généralement, installer des ventilations supplémentaires. Pas de carrelage, mais des dallages en terre cuite !

    Faire appel à un maître d’œuvre ou architecte pour rénover une maison ancienne est vivement recommandé. Pour en savoir plus sur la solution travaux « clés en main » de Camif Habitat, prenez rendez-vous !