Agrandissement d’un appartement en copropriété : nos conseils

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux

    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    Faut-il impérativement posséder un terrain pour créer une extension de votre logement ? Certes non, puisqu’il est possible de racheter un appartement voisin ou de surélever un appartement situé au dernier étage d’un immeuble. Dans tous les cas, il faudra tenir compte de la copropriété.

    Agrandir un appartement en rachetant un bien voisin

    Un appartement peut être agrandi dans deux directions : en rachetant un appartement voisin, en abattant des cloisons ou l’appartement au-dessus/en dessous, en créant un escalier supplémentaire. Dans ces deux cas, il faudra recueillir l’assentiment des copropriétaires. S’il faut abattre un mur porteur et le remplacer par un IPN, percer un plancher, etc., l’assemblée générale doit l’autoriser par un vote. À vous de rassurer les autres propriétaires sur la sécurité de l’immeuble et la durée des travaux !

     

    Agrandir un appartement grâce à une surélévation du dernier étage

    Les propriétaires d’un appartement situé au dernier étage peuvent projeter une surélévation, qu’il s’agisse d’un immeuble récent à toit plat ou d’un immeuble historique dont les combles seraient partiellement aménageables. De plus en plus de communes autorisent une densification des habitations par surélévation, en particulier lorsque l’immeuble n’atteint pas les mêmes hauteurs que ses voisins.

    Encore faut-il convaincre les copropriétaires. Le vote de la surélévation d’un immeuble se fait à la majorité des membres, c’est-à-dire au moins les 2/3 des voix. Il vaut mieux s’être assuré au préalable de la faisabilité du projet, d’une part pour avoir toutes les cartes en main, et d’autre part, pour pouvoir rassurer les copropriétaires. Quelle que soit l’issue, entre la déclaration préalable de travaux / le permis de construire et la convocation de l’assemblée générale, prévoyez du temps et de la patience !

    Les copropriétaires peuvent être convaincus grâce à un argument pécuniaire : comme les travaux leur font subir un préjudice, ils peuvent obtenir une indemnité, à partager selon la proportion initiale des droits sur les parties communes.

    À l’issue des travaux de surélévation, il faudra probablement rénover ou du moins repeindre les parties communes, et pouvoir compter sur le maître d’œuvre pour faire réparer d’éventuels dégâts. Rappelons que Camif Habitat garantit la bonne fin des travaux

    La surélévation de l’immeuble par un tiers

    Un immeuble peut être surélevé par un ou plusieurs étages comprenant des appartements qui n’appartiennent pas à un propriétaire du dernier étage. Cependant, depuis le vote de la loi Alur en 2014, les copropriétaires du dernier étage bénéficient d’un droit de priorité sur l’achat de ces appartements. Ils peuvent également céder ce droit à un tiers, le plus souvent un promoteur immobilier.

    Créer un étage

     

    Agrandire un étage

    Estimer le coût d’une surélévation d’appartement

    Surélever un immeuble a un prix. Celui-ci varie bien sûr en fonction de la solidité de l’immeuble et de sa hauteur. Il faut également prendre en compte la forme du toit préexistant, les matériaux choisis, l’aménagement final du dernier étage.

    À titre indicatif, comptez entre 2 700 et 4 000 € du mètre carré pour une surélévation clé en main. Ce coût peut légèrement baisser si, comme cela peut être le cas pour un immeuble ancien, les combles sont aménageables sans être obligé de changer la pente du toit. Dans ce dernier cas, il faudra prévoir le percement de fenêtres de toit ou la création de chiens assis.

    L’indemnité à verser aux copropriétaires viendra en sus de ces dépenses.

    Profitez d’une visite conseils gratuite et sans engagement pour échanger avec nos experts Camif Habitat !