Comment agrandir sa maison avec une extension verrière ?

Comment agrandir sa maison avec une extension verrière ?

    1/2

    Votre projet



    Besoin d'un architecte ou maître d'oeuvre

    Décrivez votre projet travaux

    * Champs obligatoires

    Suivant

    2/2

    Vos coordonnées





    Précédent

    * Champs obligatoires

    Dans le style ancien à la manière d’un jardin d’hiver ou plus contemporain façon atelier d’artistel’extension verrière apporte un vrai charme à la maison. Le plus souvent créée sur-mesure, elle fait rentrer la lumière à flot dans le salon, la cuisine ou les combles à l’étage.

    Qu’est-ce qu’une extension verrière ?

    Une verrière permet d’agrandir une maison y en ajoutant un espace vitré et lumineux de plus ou moins grandes dimensions. Souvent encastrée directement dans le bâti existant, l’agrandissement peut être réalisé sur la base d’une structure en fer forgé, en aluminium, ou encore en bois, plus rarement en PVC, où vient s’enchâsser de généreuses surfaces vitrées.

    Selon le projet, l’extension de maison avec verrière peut être pensée :

    • dans le prolongement de la pièce à vivre pour abriter une cuisine lumineuse ou un salon,
    • dans le cadre d’une surélévation de maison à l’étage,
    • en liaison entre deux bâtiments distincts que l’on veut rassembler (passerelle, patio),
    • à la manière d’un sas d’entrée
    • pour agrandir une verrière existante…

    Verrière et véranda, quelles différences ?

    L’extension verrière est souvent considérée, à tort, comme une véranda. Elle en reprend de fait la plupart des codes, mais à bien y regarder, elle est différente. Pourquoi ? Principalement parce qu’elle « épouse » le bâti jusqu’à s’y encastrer. Ainsi, à l’inverse d’une véranda qui vient le plus souvent en applique d’un bâtiment existant, la verrière fait plus souvent partie intégrante du bâti.

    Bien évidemment, au fil du temps, véranda à l’ancienne et verrière se confondent de plus en plus, mais techniquement, les choses sont pourtant bien différentes. En effet, une véranda peut être conçue comme une pièce indépendante de la maison, alors que la verrière elle, fait corps avec la maison. Cela suppose au moment de sa construction de prendre beaucoup plus de précautions en matière d’isolation et de ventilation, mais aussi en matière d’étanchéité à l’air et à l’eau, et de solidité des structures porteuses… autant de points qui doivent vous inviter à recourir à un professionnel rôdé comme un architecte ou un maître d’œuvre.

    Trouver votre interlocuteur local/implantation-locale/Je découvre !

    Trouver votre interlocuteur local

    Les différents styles

    En étoile, en demi-lune, ovale, ronde ou encore droite, à pans coupés, la verrière permet une multitude de formes pour épouser (et sublimer!) le bâti existant.

    Classiquement 4 grands styles sont proposés par les fabricants :

    • Le style contemporain et design : ce style est souvent utilisé sur les maisons design en extension horizontale ou verticale. Il offre une belle luminosité à la maison, tout en ajoutant du caractère et de l’originalité à la construction. Le matériau fétiche du style contemporain est l’aluminium en version laquée blanc sobre ou colorée (rouge, vert, bleu, etc.) pour un rendu plus design.
    • Le style atelier d’artiste : ce style classique se caractérise par des montants verticaux régulièrement espacés dans le style industriel. Souvent réalisé en fer, l’extension verrière atelier apporte un côté bohème à la création. En termes de couleurs, le noir est souvent la règle, mais l’aspect rouillé est aussi de plus en plus demandé.
    • Le style victorien : classique parmi les classiques, le style victorien apporte une touche « so british » à la maison. Élégante par nature, l’extension verrière victorienne s’appuie sur une forme rayonnante de trois à cinq facettes, une toiture en éventail et des armatures fines et racées dans le style jardin d’hiver. Le style victorien se décline en fer pour un rendu authentique ou en aluminium, plus rarement sous forme de véranda bois mais aussi en PVC.
    • Le style français (Napoléon III et Art Nouveau) : des formes courbes, une toiture arrondie recouverte de zinc ou de verre, des décorations et des ornements abondants, le style français reprend les codes du chic des immeubles haussmanniens ou des brasseries typiques et du « Métropolitain » de la Belle Époque.
    Parlons de votre projet/demande-devis/Je prends RDV !

    Parlons de votre projet

    Les différents matériaux

    Si l’acier est traditionnellement le matériau roi des verrières à l’ancienne dans les styles victorien, napoléonien, Art Nouveau ou atelier d’artiste, aujourd’hui, face à la montée en puissance des envies de confort et des obligations des normes thermiques, l’aluminium s’impose de plus en plus. Plus léger et sans entretien, l’aluminium a toutefois un défaut majeur, il est très conducteur du froid. Cet inconvénient peut être atténué par la mise en œuvre de châssis à rupture de pont thermique. Le fer forgé quant à lui est esthétiquement prestigieux, mais son emploi demande un savoir-faire particulier qui en fait augmenter le prix. Le bois offre le meilleur compromis prix / isolation, mais il nécessite un entretien plus régulier.

    Pour les surfaces vitrées, le double vitrage est le minimum, mais dans la majorité des cas, les verres sont à isolation renforcée pour limiter les effets de surchauffe l’été et de refroidissement l’hiver. Les verres utilisés pour les extensions verrières sont également souvent traités anti-retardement contre les effractions.

    Vous hésitez entre ces différentes options ? Pour mieux fixer vos choix, faites-vous accompagner !

    Partant pour nous rencontrer ?/visite-conseil-gratuite/Je veux une visite !

    Partant pour nous rencontrer ?

    Quelles formalités pour une extension verrière ?

    La construction d’une extension verrière est soumise à demande d’autorisation administrative dès lors que sa surface dépasse 5m².
    Une simple déclaration de travaux suffit si la surface fait moins de 20m². Un permis de construire s’impose quand la surface créée dépasse les 20m².
    Dans les deux cas, le délai d’instruction est de 2 mois.

    Quand la maison se situe dans le périmètre d’un monument historique ou protégé, la demande d’autorisation administrative nécessite l’avis de l’architecte des Bâtiments de France.

    Lorsque la surface totale de la maison est amenée à dépasser 150m² en comptant la nouvelle construction, le recours à un architecte est obligatoire.

    Attention : Depuis 2012, les surfaces hors œuvre brute (SHOB) et hors œuvre nette (SHON) sont remplacées par la surface de plancher. Cette unité de calcul unique est désormais la référence pour évaluer les droits à construire de tous projets d’extension. La surface de plancher prend en compte la somme des surfaces de plancher closes ou couvertes, sous une hauteur de plafond supérieure à 1,80m, calculée à partir du nu intérieur des façades du bâtiment (Article L. 112-1 du Code de l’urbanisme).

    Pour être certain de ne pas commettre d’erreur, nous vous recommandons de faire appel à professionnel expert en la matière, comme Camif Habitat.

    Découvrez nos réalisations/nos-realisations/Je m’inspire !

    Découvrez nos réalisations