Aménagement de combles : gagnez de la place !

amenagement combles
gratuit ! votre visite conseils
J'en profite !

Vos combles peuvent devenir l’endroit le plus charmant de votre maison. Fenêtre sous toit, poutre apparente, palier fonctionnel… Laissez vos projets d'aménagement de combles devenir réalité.

Pour récolter les bénéfices d'un tel projet d’aménagement, il est nécessaire au préalable, de bien étudier votre projet qui réclame une préparation et un savoir-faire spécifique. En confiant votre projet à Camif Habitat, vous avez l’assurance d’obtenir un projet personnalisé pour lequel nous garantissons prix et délai d’exécution.

Aménagement combles : s'agrandir sans construire ni déménager

En raison des prix de l'immobilier, la meilleure solution pour l’aménagement de maison consiste bien souvent à effectuer des travaux d'agrandissement comme la construction d'une extension, d'une extension en bois, d'une véranda, ou encore la surélévation d'une maison ou les travaux d'aménagement d’espaces non exploités, en pensant aux zones qui peuvent l'être assez facilement : dépendances, garage et cave s'ils remplissent certaines conditions et, bien sûr, les combles. Si la charpente de votre maison n'est pas encombrante (au contraire d'une charpente en W par exemple), si la hauteur moyenne sous toit est supérieure à 1,8 m et si les solives du sol portent ou sont aptes à porter un plancher, alors pour agrandir votre maison, les travaux d'aménagement de combles sont tout indiqués.

Aménager ses combles : les critères de faisabilité

Trois critères doivent être réunis pour vous permettre de transformer vos combles en pièces à vivre : une hauteur suffisante, une charpente adaptée et un solivage résistant.

La hauteur sous plafond

Pour qu'ils soient considérés habitables, la hauteur sous plafond dans vos combles doit au moins atteindre 1.80 m (Code de la Construction et de l’Habitation). Si elle avoisine les 2,2 m, la hauteur est vraiment confortable. Bien sûr, du fait de la pente du toit, la hauteur disponible peut varier de manière parfois importante entre le faîtage et les murs. Ainsi, plus votre bâtiment est large, plus la hauteur disponible est importante. Dans l’aménagement d’un grenier, les parties les plus basses (bas de rampant) ne sont pas pour autant perdues : elles peuvent être utilisées comme zones de rangement ou être cloisonnées pour améliorer l’isolation thermique et phonique ou encore pour passer les réseaux techniques (électricité, ventilation, chauffage, eau).

La charpente traditionnelle ou à fermettes

Afin de faciliter la circulation dans les combles, il est souvent nécessaire de modifier la charpente. Ces modifications varient en fonction du type de charpente.

  • Charpente traditionnelle. Elle est constituée de une à plusieurs fermes appuyées sur les murs extérieurs. L'arbalétrier (partie horizontale de la ferme) peut gêner la circulation s'il est situé trop bas. Il peut être, soit supprimé en réalisant une ferme à entrait retroussé, soit être intégré au nouveau plancher quand la hauteur disponible est très importante (toit à forte pente).

  • Charpente à fermettes. Utilisée en construction neuve depuis les années 1970, cette charpente industrialisée est constituée de petites fermes - les fermettes - disposées régulièrement tous les 0.5 à 1.5 m et reliées entre elles par les liteaux ou des panneaux de bois (contreventement). Leur nombre important complique l'aménagement. Pour transformer cet espace, il faut en effet modifier chaque fermette après l’avoir renforcée. Si la hauteur n’est pas suffisante, il est aussi possible de surélever la charpente au prix de très gros travaux.

Conseil pratique : pendant vos travaux, profitez que la charpente soit à nu pour vérifier son état, la traiter et changer si nécessaire les pièces de bois les plus atteintes par les xylophages.

Toutes ces modifications doivent se faire avec la plus grande prudence. En effet, la charpente est une pièce maîtresse de la structure de votre habitation. Elle est dimensionnée pour supporter la couverture et les charges climatiques (vent, neige). Seule une entreprise spécialisée et un bureau d’étude technique sont à même de vous confirmer la faisabilité de sa transformation.

Le plancher : solivage ou remise à niveau du sol ?

Composé d'une structure porteuse (solivage) et d'un sol, le plancher supporte son propre poids, les charges techniques (cloisons, revêtements, équipements fixes) et les charges d’occupation ou d'exploitation (mobilier, personnes), soit plusieurs centaines de kilos au m²... S'il existe, il faut donc vérifier sa capacité à porter ces charges. S'il n'existe pas, il faut le réaliser avec beaucoup de soin.

  • Le solivage. Si le comble est perdu, le solivage n'est généralement destiné qu’à porter le plafond (suspendu) de l’étage inférieur et n’a pas la résistance requise pour supporter les futures charges. Pour créer un plancher adapté, le bois est le matériau idéal : il combine légèreté et excellente résistance. Le plancher peut être réalisé à partir de pièces de bois massif (bastaing, madrier...) ou, dans le cas de portée de plus de 4m, en bois lamellé-collé ou poutre composite (comme des nail-Web, poutre comprenant une âme centrale métallique et des membrures rectilignes de bois).
    En fonction de l'état des murs, les extrémités des éléments porteurs sont, soit encastrés dans les murs porteurs (avec un vide pour l’aération), soit en appui (sabot métallique, poutre de rive...).

  • Le sol. Reposant sur le solivage, le sol doit être remis à niveau ou créé par exemple à l'aide de panneaux d'agglomérés. Pour pallier à des défauts importants de planéité et pour améliorer l’isolation thermique et/ou acoustique, il est possible de réaliser sur le support porteur et continu un deuxième sol dissocié qui est dit « flottant ». Des panneaux d’agglomérés ou des plaques de plâtre sont alors posés à plat sur un matelas d’isolant (laine minérale), sur une chape sèche (billes d'argile expansée) ou sur une chape de béton allégée (ciment + vermiculite). Le sol, une fois plan, est habillé d'un revêtement souple et léger (parquet, stratifié, PVC...) moins sensible aux mouvements du support qu'un carrelage par exemple. Ce principe de légèreté et de souplesse est également valable pour les cloisons (les plaques de plâtre conviennent ainsi mieux que la brique).

  • Aménager des combles, un projet souvent réalisable

    Ce n'est pas parce que votre charpente est encombrante et votre plancher à renforcer, que l'aménagement des combles est pour autant à exclure. Des solutions existent pour l'aménagement de combles perdus. Toutes nécessitent l'obtention d'un permis de construire car vous créez de la surface habitable.

    Modifier la charpente pour l'aménagement de combles perdus

    C’est le cas typique où vous avez suffisamment de hauteur sous plafond dans les combles, mais l'espace est encombré par la charpente. Il suffit de modifier votre charpente à fermette pour la transformer en charpente dite « traditionnelle ».

    L'aménagement de combles perdus par surélévation

    Si vous n'avez pas suffisamment de hauteur sous plafond pour utiliser vos combles, la solution est parfois de surélever la hauteur du toit. Appelée aussi rehaussement, c’est une opération lourde car vous créez un étage de plus. La hauteur nécessaire doit être d'1,80 m sur au moins deux tiers de la surface.

    Aménager des combles perdus en changeant la pente de toit

    Il s'agit de changer la pente de votre toit afin de libérer de l'espace et rendre les combles perdus habitables. Une évolution possible si votre toit comporte une pente faible ou qu'il ne forme pas d'angle.

    Aménagement combles perdus par décaissement

    Ne choisissez cette option d'aménagement de combles perdus que si vous n'avez pas d'autre choix, car elle s’avère plus compliqué et coûteuse que la surélévation.
    Le principe consiste à abaisser le plafond de l'étage du dessous pour gagner le maximum d'espace. Pour cela, il est d’abord nécessaire de s'assurer que la hauteur de l'étage inférieur est suffisante et que le plancher est suffisamment solide pour supporter les surcharges que l'aménagement de combles engendrera.

    Un aménagement de combles chaleureux et multifonctionnel

    Outre le gain de place grâce aux combles, les pièces obtenues séduisent tant par leur confort que par leur originalité. Nouvelle salle de bain nichée sous la pente du toit, chambre laissant voir des éléments de charpente en vieux chêne, bureau blotti devant un chien-assis, espace de jeux baignant dans la lumière des nouvelles ouvertures de toit : vos combles n'attendent que votre imagination pour se muer en pièces confortables aux destinations diverses.

    Aménagement combles : un projet réfléchi pour être réussi !

    Isolation chanvre ou laine de verre ? Escalier de meunier ou d'acier ? Trémie centrale ? Poutres apparentes ?... Aménager ses combles implique de concevoir précisément son projet en amont et donc de faire les bons choix. Un projet ambitieux qui ne s'improvise pas et nécessite le soutien d'un expert de l'habitat.

    Ce qu'il faut prévoir pour un aménagement de combles réussi

    Comment allez-vous accéder à vos combles ? Comment allez-vous organiser ce nouvel espace et l'intégrer au reste de la maison ? Pour réussir votre aménagement et habiter confortablement vos combles, n'oubliez pas l'essentiel !

    L'escalier comme accès au nouvel espace de votre maison

    L'escalier qui permettra de rejoindre vos combles doit être sûr (utilisation par les enfants), confortable et suffisamment large pour, par exemple, une évacuation d’urgence ou pour monter vos meubles. Il faut donc éviter les échelles de meunier ou les escaliers escamotables. Son positionnement est capital pour une distribution optimale de l'étage créé mais aussi pour ne pas prendre trop de place à l'étage inférieur.

    L’isolation thermique et acoustique (isolation intérieure ou extérieure)

    Un toit mal isolé peut représenter jusqu'à 30% de pertes thermiques... Structure légère, le toit est perméable aux échanges thermiques mais aussi aux bruits. Il convient donc de l’isoler avec soin par exemple à l'aide d'isolants minéraux qui ont de très bonnes propriétés acoustiques et thermiques.

    Leur souplesse facilite la pose entre chevrons et permet d’assurer un bon calfeutrement des interstices. La pose croisée en deux couches améliore encore l’isolation : la première couche entre chevrons (sans pare vapeur) et la deuxième couche revêtue d'un pare-vapeur sous chevrons. Pour de bonnes performances et un bon confort, l’épaisseur totale d’isolant doit être d’environ 20 cm ce qui équivaut à une résistance thermique de R = 5 m².k/W (plus R est élevé, plus le matériau est isolant). Si la hauteur sous plafond vous le permet, il est possible d’aller bien au-delà. Si vous souhaitez conserver l’intégralité de votre charpente apparente, vous pouvez opter pour une isolation par l’extérieur. Ce type d'isolation nécessite de découvrir le toit pour poser des panneaux d’isolant spécifiques (procédé sharking).

    Conseil : au moment de choisir votre isolant, pensez à repérer le logo de l’Association pour la certification des Matériaux Isolant (acermi) qui atteste de la qualité et de la performance des isolants.

    Le chauffage

    Essentiel au confort, le chauffage de ce nouveau volume peut être assuré par votre chaudière principale si celle-ci dispose d’une réserve de puissance suffisante (à valider par une étude thermique). Il faut alors prévoir le passage d’une colonne montante de la chaufferie vers l’étage et adapter la régulation au régime de température d’eau des nouveaux radiateurs qui peut différer des autres étages (s'ils sont équipés d'un plancher chauffant à basse température par exemple). Vous pouvez également choisir de dissocier le chauffage de l’étage de celui du reste de l’habitation en installant des radiateurs électriques (rayonnant, inertie, convecteur). Cette solution plus simple et moins coûteuse est d’autant plus intéressante que les nouveaux volumes seront très bien isolés.

    Les systèmes de climatisation réversible par pompe à chaleur air/air sont facturés avec une TVA à 20 % sur la fourniture de l’équipement depuis 2014 et ce, même s'ils sont installés par des professionnels.

    L’éclairage naturel grâce aux ouvertures de toit

    Pour être confortables, les nouvelles pièces créées doivent disposer d'un éclairage naturel suffisant. Elles peuvent être équipées de fenêtres de toit, de lucarnes voire dans certains cas de chien-assis. Tout dépend de la charpente mais aussi des règles locales d’urbanisme et/ou de copropriété. Les fabricants de fenêtres de toit fournissent des indications sur les surfaces d’éclairage à prévoir en fonction des surfaces aménagées.

    Conseil : l’inclinaison de la fenêtre de toit accentuant en été le captage solaire et augmentant ainsi le risque de surchauffe, il est recommandé de choisir des modèles avec verres spéciaux complété d’un store ou d’un volet extérieur.

    L’électricité (installation électrique)

    S’il est techniquement possible d’isoler la nouvelle installation de l’existant, la distribution électrique ne présente pas de difficulté particulière. L’alimentation des nouveaux circuits peut se faire à partir d’un sous tableau placé dans les combles ou à proximité.

    La ventilation des combles

    La ventilation des combles répond aux mêmes règles que dans le reste de l’habitation. Si vous créez une salle de bain ou un WC, préférez une VMC à simple ou double flux. L’installation du nouvel extracteur doit rester accessible pour l’entretien et les gaines en zone non chauffée être isolées. L’évacuation de l’air extrait vicié doit toujours se faire à l’extérieur.

    La surchauffe des combles : ce volume situé directement sous le toit reste plus sensible que le rez de chaussée à une élévation de la température durant l’été. Il est possible de limiter l’élévation de la température aux périodes les plus chaudes de l’été par une bonne isolation des parois extérieures, en équipant les fenêtres de toit, avec des volets extérieurs et bien sûr en aérant les volumes durant la nuit.

    Aménagement de combles : Déclaration préalable ou permis de construire ?

    L’aménagement de combles s’accompagnant d’une augmentation de la surface habitable déclarée et de modifications de l’aspect extérieur des toitures (fenêtre de toit, lucarne), vous devez dans la plupart des cas déposer une déclaration préalable. Passé le délai d’instruction d’un mois et sans réponse de l’administration, vous bénéficiez d’une autorisation de travaux tacite.

    Dans le cas de travaux plus importants tels que surélévation de toiture ou création d’une surface de plancher *, vous devez obtenir un permis de construire. Le délai d’instruction est de deux mois. À l’issue de ce délai, si vous n’avez reçu aucun courrier, le silence de l’administration vaut décision favorable. En site classé, l’Architecte des Bâtiments de France est consulté et les délais d’instruction des autorisations peuvent être augmentés.

  • Qu’il s’agisse d’une déclaration préalable ou d’un permis de construire, l’accord délivré (tacite ou formulé) l’est sous réserve du droit des tiers. Cela signifie que toute personne s’estimant lésée par la méconnaissance du droit de propriété ou d’autres dispositions de droit privé peut faire valoir ses droits en saisissant les tribunaux civils. Vous devez donc patienter deux mois (délai de recours des tiers) de plus après avoir affiché sur votre terrain la copie de récépissé (dépôt en mairie).

  • Si votre projet conduit à ce que la surface de votre habitation dépassé 170 m², le recours à un architecte est obligatoire.

  • Si vous êtes en copropriété, vous devez obtenir l’autorisation des copropriétaires avant le démarrage des travaux.

  • (*) Il s’agit de surface plancher et emprise au sol qui sont issues du code de l’urbanisme et utilisées par l’administration pour les autorisations travaux et le calcul des taxes. Ces surfaces administratives sont différentes des surfaces habitables.

    Aménager des combles à quel prix ?

    Difficile de chiffrer avec précision le prix de l'aménagement des combles sans connaître véritablement la nature des travaux à effectuer et leur importance. Plus le bâti existant oppose de contraintes, et plus le budget grimpe !

    La taille de la surface à aménager, la nature des pièces qui vont composer les combles (chambre, pièce d’eau avec raccordement au réseau) vont faire sensiblement varier le prix de votre projet. La structure de votre toiture (fermette ou non)peut aussi avoir une grande incidence.

    Pour vous faire une idée du prix de l'aménagement de vos combles, vous pouvez toutefois additionner les différents postes nécessaires : sols, murs, isolation, ouvertures, escalier...

    Quel budget prévoir pour aménager des combles ?

    Comme pour tous travaux, le budget est bien souvent un frein aux envies d'aménagement ! Et plus le bâti existant oppose de contraintes, et plus le budget grimpe ! Hauteur sous plafond insuffisante, pente à modifier, plancher à refaire, fenêtres à percer... à chaque poste l'addition enfle.

    Quel tarif pour aménager ses combles ?

    Difficile d’établir un tarif pour ce type de prestation ; tout dépend des surfaces, des matériaux utilisés, du travail de conception … Quoi qu’il en soit, un certain nombre d'avantages fiscaux existent lorsque l’on souhaite aménager ses combles. Dans certains cas, l'aménagement des combles ouvre effectivement droit à des aides financières. Si votre projet implique par exemple un renforcement de l'isolation alors il se peut que vous ayez droit à des réductions d'impôts. Attention toutefois, cette réduction d'impôt n'est pas systématique. En effet, elle s'applique uniquement si les dépenses engagées ont pour objet d'offrir une meilleure isolation des volumes existants et si l'immeuble est achevé depuis plus de deux ans. Si les aménagements prévoient une augmentation de la surface plancher hors œuvre nette de plus de 10 % des locaux existants, le fisc considère que les dépenses engagées pour l'isolation ne sont pas réalisées dans un immeuble achevé depuis plus de deux ans.

    Le crédit d'impôt

    En ce qui concerne l'aménagement des combles et greniers, vous pouvez bénéficier d'un crédit d'impôt sur le revenu pour les dépenses liées à l'acquisition, la fourniture et la pose de matériaux d'isolation thermique et d'appareils de régulation de chauffage.
    Ce crédit d'impôt pour les combles concerne notamment les fenêtres isolantes, les matériaux d'isolation des murs et toitures ou les appareils de régulation de chauffage…

    Quelle TVA pour les travaux dans les combles

    Pour les travaux d'aménagement de combles, on considère qu'il s'agit d'une amélioration de l'habitat et que c’est la TVA au taux de 5.5 % qui s’applique.
    C’est bien entendu le cas aussi pour l'aménagement des combles perdus ainsi que la pose d'équipements sur les fenêtres de toit (volets roulants, stores, etc.).
    En revanche, en cas de surélévation, de rehaussement de toiture, on considère que les travaux entrepris sont une création et c'est donc la TVA à 20 % qui s'applique.
    Enfin, si vos travaux créent une surface habitable qui dépasse 10 % de la surface de plancher existante, c’est également la TVA à 20 % qui s'applique.

    Tout savoir sur l'aménagement

    Tout savoir sur l'aménagement

    Téléchargez la brochure

    Nos réalisations en aménagement

    Aménagement de combles dans le Nord (59)

    Aménagement

    Aménagement de combles en Charente (16)

    Aménagement

    Profitez des Atouts Camif Habitat

    Prix / délais / qualité
    garantis par contrat
    Prise en charge
    de votre projet de A à Z
    Accompagnement personnalisé
    de notre maître d'oeuvre

    Nos avis clients sur l'aménagement

    AMENAGEMENT PIECES - PESSAC (33)

    très bon choix, quand on ne veut rien avoir à gérer.

    AMENAGEMENT SALLE DE BAINS - LES MUREAUX (78)

    Nous avons été très satisfait du suivi du chantier et aussi des recommandations de l'architecte au niveau de la décoration et de l'agencement de la salle de bains.

    Contactez notre professionnel local

    Réponse sous 48h
    * Tous les champs
    sont obligatoires